Nouvelles

Notre féminisme inclut les personnes trans

La FFQ se joint à plus de 100 organisation féministes et pour la justice sociale à travers tout le Canada pour déclarer notre soutien à l'inclusion et aux droits des personnes trans. 

Nous soussigné-es rejetons vigoureusement la rhétorique et l’idéologie dangereuses et sectaires adoptées par les « féministes » radicales qui excluent les personnes trans (FRET). En tant que leaders féministes et des droits des femmes, nous savons que le féminisme n’est pas sans défaut et que notre mouvement a longtemps tenu à l’écart de nombreuses personnes qui auraient dû être représentées dans nos espaces. Les personnes trans auraient toujours dû être accueillies à bras ouverts dans nos mouvements et nos organismes. Les mouvements, théories et organismes trans sont essentiels à un ordre du jour féministe intersectionnel et libérateur. Nous avons trop longtemps laissé prospérer les féministes qui excluent les personnes trans – par notre échec à combattre leurs actes d’exclusion flagrante et par notre incapacité à cultiver l’inclusion et la libération trans dans nos organismes. Cela prend fin ici. 

Les droits trans n’affaiblissent en rien les droits des femmes. Soutenir les droits des personnes trans est essentiel pour protéger TOUTES les femmes contre la violence et la discrimination. Devant les tentatives organisées des FRET de présenter l’inclusion trans comme une attaque contre les femmes, nous rejetons vigoureusement cette caractérisation en tant que transphobie et transmisogynie à peine voilées. Depuis cinq ans, en particulier, nous avons vu des groupes FRET utiliser un langage pseudo-féministe pour s’organiser contre les droits des communautés trans et de genre divers. Nous avons vu cette rhétorique utilisée contre le Projet de loi C-16 sur les droits trans et, 1 plus récemment, contre le Projet de loi fédéral C-6 sur l’interdiction des thérapies de conversion, qui fait présentement son chemin à la Chambre des communes. Le plaidoyer des FRET est guidé par un désir fondamental de renforcer la binarité coloniale du genre et de soustraire les personnes trans à la protection des droits de la personne. En définissant le genre comme étant fondé uniquement sur le sexe, les FRET tentent d’évincer les personnes trans es espaces pour femmes et de perpétuer la violence contre les communautés trans et de genre divers. Cette rhétorique transphobe, homophobe, transmisogyne et fondamentalement sexiste n’a pas sa place dans nos mouvements féministes.

#FeminismeTransInclusif

Lire toute la déclaration commune

image notre féminisme inclut les personnes trans

Retour à la liste des nouvelles

Inscription à l'infolettre

Informations