Nouvelles

Assemblée Générale Annuelle 2021

La FFQ vous invite à son Assemblée Générale Annuelle le samedi 25 et dimanche 26 septembre, en ligne sur Zoom.

Nous avons le plaisir de vous inviter à notre Assemblée générale annuelle prévue pour les 25 et 26 septembre, c'est-à-dire dans un mois. C'est le temps de présenter les réalisations et le bilan financier de l'année écoulée, et de nous donner des priorités pour l'année à venir, accompagnées de prévisions budgétaires. En plus de l'élection à la présidence de la FFQ, ce sera aussi le moment d'élire le conseil d'administration et les co-responsables des comités de travail, ainsi que les membres du comité d'élection. Après une grande année de travail, de discussion de fond et de réflexion autour de la gouvernance, nous avons grand-hâte d'échanger avec vous et de continuer à solidifier la FFQ qui nous est chère avec des structures et des pratiques qui nous rendent fières. 

Inscription

 

 


Présentation de la candidate à la présidence

 

Vidéo de présentation de Mélanie Ederer

 

Texte de présentation de Mélanie Ederer

 

6 septembre 2021

Aux membres de la Fédération des femmes du Québec,

C’est avec enthousiasme que je vous présente aujourd’hui ma candidature pour la présidence de la FFQ. Ayant siégé comme représentante des membres individuelles sur le conseil d’administration dans la dernière année, j’ai pu mieux comprendre les défis que rencontre actuellement la Fédération, joindre mes efforts aux démarches ayant pris place dans les derniers mois, mais surtout percevoir la volonté des membres de collaborer afin que la FFQ poursuive sa lutte pour un projet féministe de société.

C’est dans cette volonté que je me présente : contribuer à ce que la FFQ porte les voix des femmes jusqu’à arriver à une société où nous toutes pourrons vivre librement. Ainsi, particulièrement en cette période pandémique, où les féminicides se multiplient, où les métiers traditionnellement féminins se précarisent et où la montée de la droite politique et conservatrice menace les droits déjà obtenus pour certaines et toujours en lutte pour d’autres, je souhaite mobiliser les femmes du Québec. Pour ce faire, je souhaite d’abord stimuler la participation des membres de la FFQ, par exemple en favorisant les occasions de partage et les échanges de manière à collaborer dans nos actions. Je souhaite également augmenter le membrariat à la FFQ afin, d’une part, de créer plus de concertation entre les féministes du Québec et, d’autre part, de faire contrepoids aux discours qui contribuent aux oppressions que subissent certaines ou toutes les femmes. De plus, je souhaite que la FFQ soit un espace de militance, de réflexion et d’action qui soit sécuritaire pour toutes, ce qui implique une prise en compte des rapports de pouvoir entre les femmes et surtout des actions continuelles pour les adresser autant à l’interne de la Fédération qu’à l’externe.

Je suis consciente qu’un renouveau dans une institution historique comme la FFQ prend plus que de la volonté. Néanmoins, c’est parce que je crois à l’importance d’une Fédération forte, mobilisatrice et porteuse de changements à petite et grande échelle que je présente ma candidature à la présidence. Bien que je n’aie pas encore eu la chance de toutes vous rencontrer, je crois fermement que c’est par une collaboration qui prend en compte les enjeux de pouvoir, par une volonté sincère de prendre radicalement soin les unes des autres et par une remise en question des normes militantes et organisationnelles que nous arriverons à dépasser les défis que rencontre la FFQ et à faire avancer notre mission de transformations sociales.

Ainsi, je me présente à vous, motivée par cette vision d’une Fédération instigatrice de solidarité entre toutes les femmes et soutenue par mes expériences précédentes. Pour celles qui ne me connaissent pas encore, je suis une femme blanche de 28 ans, née au Québec. J’ai grandi à Salaberry-de-Valleyfield et je réside à Montréal depuis 8 ans. Je suis travailleuse sociale, animatrice et candidate au doctorat en Études des populations à l’Institut national de la recherche scientifique. Je suis féministe depuis ce qui me semble être toujours, même si mon féminisme a évolué au fil des lectures et des rencontres. Autant dans ma vie personnelle que professionnelle, je milite pour une participation pleine de toute la population, ce qui passe notamment par une remise en question des privilèges associés à certaines positions sociales et par une lutte envers les obstacles à cette participation. Ainsi, je m’intéresse à la fois aux rapports de pouvoir systémiques qui teintent les relations entre les membres d’une société, mais également aux enjeux quotidiens que vivent les individus, dont l’accès à un revenu décent, à une alimentation diversifiée, à des services de santé mentale adaptée et à la prise de parole en public sans crainte de représailles. Dans les dernières années, j’ai notamment œuvré dans plusieurs projets en lien avec les violences faites aux femmes tout en m’impliquant dans plusieurs organismes communautaires de Montréal afin d’allier théories et pratiques, privé et politique, pour contribuer à un monde juste et équitable.

Pour conclure, je me présente à la présidence de la FFQ en toute simplicité, mais avec la ferme conviction que c’est ensemble que nous pouvons mettre en place les changements nécessaires dans nos organisations et dans la société afin que toutes les femmes puissent vivre pleinement.

Au plaisir d’en discuter avec vous!

 Une image contenant insecte

Description générée automatiquement

Mélanie Ederer

Pronom : elle, she, her

 

Retour à la liste des nouvelles

Inscription à l'infolettre

Informations