Nos événements

Table ronde 1

Le 05 novembre 2020
De 10h à 12h

Table ronde 1

Conversation intergénérationnelle : les pratiques féministes à l’épreuve de l’intersectionnalité

• Lorraine Guay, militante féministe et écrivaine
• Marlihan Lopez, Fédération des femmes du Québec (FFQ)
• Nabiha Léger-Yahiaoui, agente de recherche à l’Université de Montréal, membre du groupe Féministes racisé-e-s uni-e-s et solidaires

 

Lorraine Guay - Féministe et membre de la FFQ, elle a participé activement à la marche du « Pain et des roses » en 1995 et au Comité ministériel sur l’économie sociale dont la mise en place d’infrastructures sociales était l’une des revendications. Elle a aussi contribué à la Marche mondiale des femmes en l’An 2000 comme membre du comité de stratégie et représentante en Europe. Depuis, elle a participé une dizaine d’années au comité « Femmes et mondialisation » et maintenant au Chantier économie, écologie et bien vivre.

Elle a aussi participé à la création du « Collectif Féminisme et Démocratie » dans le cadre du « Mouvement pour une démocratie nouvelle » dont la mise en place d’un nouveau mode de scrutin est la principale revendication.

Lorraine a contribué au mouvement « D’abord solidaire » initié par Françoise David, contre la montée des idées de droite au Québec et poursuivi dans la branche non partisane de cette initiative avec entre autres l’élaboration d’un agenda citoyen pour les « municipalités que nous voulons ».

Elle est membre du RECIFS et à ce titre participe à la Coalition Solidarité Santé.

Elle siège au conseil d’administration des OUI Québec (Organisations Unies pour l’Indépendance) et participé à deux comités de travail: - le Réseau des citoyennes pour l’indépendance (RéCI) - le Comité de travail « Autochtones et indépendance »

Elle a presque toujours été impliquée dans les mouvements de solidarité internationale: Chili, Nicaragua, Salvador et maintenant Palestine.

Marlihan Lopez est une activiste afroféministe et une organisatrice communautaire qui s'attaque aux problèmes liés au racisme anti-Noir, à la violence sexuelle basée sur le genre et à ses intersections. Elle a coordonné la division de l'intersectionnalité pour le Regroupement québécois des centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel, où elle a mené un travail de plaidoyer et sensibilisé à la manière dont le genre, la race, la classe et les capacités se croisent dans le contexte de la violence sexuelle. Elle a été présidente de la Fondation Paroles de femmes, une organisation féministe par et pour les femmes racisées engagées à créer des espaces inclusifs où les femmes racisées peuvent parler et partager leurs expériences et leurs points de vue divers. Elle a également organisé avec des mouvements comme Black Lives Matter et Montréal Noir autour de questions telles que le profilage racial et les brutalités policières. Elle est actuellement vice-présidente de la Fédération des femmes du Québec et coordonnatrice du programme d'études interdisciplinaires de la sexualité à l'Institut Simone de Beauvoir.

Nabiha Léger-Yahiaoui est détentrice d'une maîtrise en neurosciences et est présentement étudiante en sociologie et agente de recherche à l'Université de Montréal. Elle est membre du groupe Féministes racisé-e-s uni-e-s et solidaires, s'implique au sein de la communauté LGBTQ+ Arabe et Musulmane et s'intéresse particulièrement aux enjeux anti-racistes, anti-impérialistes et décoloniaux.

 

Inscription à l'infolettre

Informations