Historique

 

Une fédération pour toutes les femmes du Québec

Thérèse Casgrain

C’est à l’occasion du 25e anniversaire de l’obtention du droit de vote des femmes au Québec, organisé par Thérèse Casgrain,  que les femmes réunies expriment le besoin de se regrouper en une fédération. Un an plus tard, en 1966, la Fédération des femmes du Québec voit le jour  à l’initiative de Thérèse Casgrain, pour défendre les intérêts et les droits des femmes par la lutte collective. L’objectif de départ : regrouper, sans distinction de race, d’origine ethnique, de couleur ou de croyance, des femmes et des associations pour coordonner leurs activités dans le domaine de l’action sociale.

Pour en savoir plus sur Thérèse Casgrain

 

Congrès de fondation

Premier CA de la FFQ

Les 23 et 24 avril 1966, près de 400 déléguées se réunissent à Montréal à l’occasion du congrès de fondation de la Fédération des femmes du Québec.  À l’issue de deux jours de délibérations, les congressistes s’entendent sur les revendications suivantes : création de garderies, parité du salaire, abolition des termes « ménagère » et « mère nécessiteuse ». Les déléguées réclament la tenue d’une enquête gouvernementale sur les conditions de travail des femmes. Leurs demandes se concrétisent en partie avec la tenue de la Commission royale d’enquête sur la situation de la femme en 1967, sous la présidence de Florence Bird.

Au terme de la première journée, la journaliste Paule Sainte-Marie recueille les impressions de quelques déléguées, notamment Simonne Monet-Chartrand qui sera membre du premier conseil d’administration de la fédération. René Lévesque, alors ministre de la Famille et du Bien-Être social dans le gouvernement Lesage, accueille favorablement la création de ce nouveau groupe de pression.

Voir ce reportage dans les Archives de Radio-Canada

Voir la liste des présidentes de la FFQ (de 1996 à aujourd’hui)

 

Nos actions

La marche québécoise Du pain et des roses contre la pauvreté était un point tournant pour la Fédération en 1995. Elle a mené à la Marche mondiale des femmes, initiée et coordonnée par la FFQ en 2000 et devenue depuis un mouvement mondial autonome d’actions féministes.

Voici d’autres exemples de mobilisations au fil des dernières années :

2013 : Forum des États généraux de l’action et l’analyse féministes réunit 1100 femmes à Montréal pour adoptés les grandes orientations qui inspireront le mouvement féministes pour les années à venir.

2011 : Lancement des États généraux de l’action et l’analyse féministes. Une démarche de réflexion et d’action sur les enjeux féministes actuels et la construction d’un projet féministe de société.

2010 : 3e Marche Mondiale des femmes. Elle réunira 10 000 personnes à Rimouski.

2008 : Toujours RebElles, le rassemblement pancanadien de jeunes féministes.

2008 :  Campagne «Sortir de la pauvreté: un choix de société ».

2005 :  Charte mondiale des femmes pour l’humanité.

2004 : Protocole de solidarité mutuelle entre Femmes autochtones du Québec et la FFQ.

2003 : Forum: Facteurs d’inclusion et d’exclusion des femmes immigrantes sur le plan de la participation civique.

2003 : S’unir pour être rebelles, le rassemblement de jeunes féministes au Québec.

2001 : Forum des femmes au Sommet des peuples à Québec.

2000 : Marche mondiale des femmes contre la pauvreté et la violence envers les femmes.

1995 : Marche Du pain et des roses contre la pauvreté au Québec.

1992 : Forum Un Québec féminin pluriel.

 

Des gains pour toutes les femmes

De nombreux gains pour l’égalité entre les femmes et les hommes ont été obtenus grâce à nos actions :

  • une loi sur l’équité salariale
  • une loi sur l’union civile
  • une loi sur perception automatique des pensions alimentaires
  • un régime québécois d’assurance parentale
  • une politique québécoise de condition féminine
  • la réduction du temps de parrainage pour les immigrantes parrainées par leur mari
Pour en savoir plus sur nos actions, consultez nos rapports d’activité