Déclaration de principes de la FFQ

 

Le texte ci-dessous reprend l’intégral de la Déclaration de principes de la Fédération des femmes du Québec (FFQ) adoptée par ses membres lors du congrès de 2003. Ce texte constitue la base de notre engagement féministe.

La Fédération des femmes du Québec affirme son orientation féministe, dans une perspective plurielle et pluraliste. La Fédération est un lieu de militantisme et d’action, d’analyse et de réflexion, de débat, de formation et de concertation ouvert à toutes les femmes, sans distinction de couleur, d’orientation sexuelle, d’état civil, de religion, de convictions politiques, de langue, d’origine ethnique ou de nationalité, de condition sociale, d’âge, de condition physique et mentale (en accord avec l’article 10 de la Charte des droits et libertés de la personne du Québec). À l’intérieur du mouvement des femmes, la FFQ s’inscrit dans le courant qui s’attaque aux systèmes d’oppression ou de domination que sont le patriarcat, le capitalisme, le racisme, l’impérialisme et l’hétérosexisme qui marginalisent et exploitent les femmes aux plans social, économique, culturel, politique et religieux, à l’échelle québécoise, canadienne et internationale.

En prenant position en faveur des droits des femmes, elle remet en cause tout système et toute pratique qui génèrent et entretiennent la violence, la pauvreté, la domination, l’intolérance, la discrimination et l’exclusion. Elle agit selon des valeurs d’égalité, d’équité, de dignité, de justice, de solidarité sociale, de respect des personnes et fait la promotion de ces mêmes valeurs. Ses actions visent, à court, moyen et long terme, à valoriser les acquis féministes, à améliorer les conditions de vie des femmes, y compris l’atteinte de l’équité entre les femmes elles-mêmes, et à transformer en profondeur la société. La FFQ lutte pour l’émancipation des femmes et affirme leur droit à une participation intégrale et libre à la vie sociale, culturelle, politique et économique. Pour que se transforme réellement la société, la responsabilité du développement humain doit être prise en charge collectivement et le pouvoir doit être réorganisé afin d’en assurer un partage plus équitable ou plus horizontal. La FFQ travaille donc à la construction d’une société juste, solidaire, véritablement démocratique, égalitaire et pacifique tant au niveau québécois, canadien qu’international et dans le respect de l’autodétermination des peuples.