2 novembre 2018

Communiqué : retour sur notre dernière assemblée générale

 

Ce dimanche 28 octobre, les membres de la FFQ ont voté en assemblée générale, entre autres propositions sur la gestion féministe et les pratiques intersectionnelle, une proposition reconnaissant la capacité d’agir des femmes dans la prostitution/industrie du sexe.

En cohérence avec cette proposition, nos membres ont ensuite voté une résolution afin que la FFQ lutte contre la stigmatisation et les barrières d’accès à la pleine participation à la société qui suivent ces femmes toute leur vie, même si elles quittent l’industrie, mais également contre la violence et les obstacles à la sortie de la prostitution/industrie du sexe que subissent les femmes qui sont dans cette industrie, et celles qui en sortent. 

Depuis notre assemblée générale dimanche dernier, nous avons pris note des différentes réactions et interprétations au sujet des décisions que nous avons prises. 

Nous avons également pris note des attaques personnelles, menaces, commentaires racistes et transphobes qui se sont infiltrés dans les conversations.

La lecture complète et détaillée de nos propositions prise en concertation avec l’ensemble de nos membres permet de la nuancer.

Nous avons ainsi été étonnées de lire que cette proposition donnerait un laisser-passer à la culture de l’agression alors que nous sommes convaincues qu’elle permet au contraire de mieux défendre les droits fondamentaux de toutes les femmes, en incluant toutes leurs expériences. 

La mission de la FFQ vise à accepter toutes les femmes dans notre mouvement, défendre la pleine humanité de chacune de ces femmes et par conséquent reconnaître les droits fondamentaux de toutes les femmes. Nous visons à ne laisser aucune femme de côté. Nous soutenons toutes les femmes, sans jugement, à chaque étape de leur vie et dans toutes leurs batailles.

Nous refusons la vision selon laquelle ces femmes seraient seulement des victimes. 

Elles sont présentes dans notre mouvement depuis des décennies et nous voyons en action quotidiennement leur résilience et capacité d’agir. 

Nous pensons que les fondations du combat féministe se construit sur un travail d’écoute de toutes les femmes. Nous tenons à saluer par ailleurs les nombreuses femmes qui ont eu le courage de témoigner dimanche dernier au micro de notre assemblée générale pour nous présenter les difficultés qu’elles rencontrent dans leur vie quotidienne.

Nous saluons aussi celles qui ont partagées leur expériences au cours des derniers jours et qui ont montré le besoin de soutenir toutes les femmes dans toutes leur expérience, en particulier les expériences de diverses formes de violence vécues dans  l’industrie du sexe.

Nous croyons fermement que notre position nous permettra de mieux faire ce travail en trouvant les bonnes solutions aux bons problèmes.

La proposition qui a été votée nous donne mandat pour défendre les droits des femmes quelques soit leur expérience avec l’industrie du sexe. Leurs droits, leur sécurité, leur santé, leur autonomie, leur liberté d’expression sont autant de chantiers que cette proposition nous permet d’avancer. 

Les luttes contre les rapports inégalitaires entre les hommes et les femmes ne seront jamais incompatibles avec les luttes pour les droits humains de toutes les femmes.

Notre résolution inclut toutes les femmes dans l’industrie du sexe et vise à améliorer les conditions de vie et de travail de toutes. Inclure ces femmes ne veut pas dire exclure les femmes qui subissent l’ignominie de l’exploitation sexuelle. Inclure plus n’est pas exclure.

C’est cela notre vision de la défense collective de TOUTES les femmes et de l’égalité pour toutes et entre toutes. 

Le vote adopté avec l’ensemble de nos membres dimanche dernier s’inscrit dans ce principe.

La mission de la FFQ vise à ne laisser aucune femme de côté. Nous soutenons toutes les femmes, sans jugement, à chaque étape de leur vie et dans toutes leurs batailles.

Luttes : En vedette

Commentaires

Le commentaires sont fermés.