18 mai 2016

Vieilles, au delà des préjugés!

 

Le comité femmes aînées de la FFQ est fier de vous présenter sa dernière réalisation, un outil de sensibilisation intitulé, Vieilles, au-delà des préjugés. Nous avons choisi d’emblée d’affronter le « tabou » que représente le  terme « vieilles » pour nommer notre outil. En ce sens, nous avons emboité le pas à l’ouvrage, Vieilles, et après!, sous la direction de Michèle Charpentier et Anne Quéniart, publié en 2009, par les éditions du remue-ménage.

Ce nouvel outil a comme objectif de contrer les préjugés sur le vieillissement (particulièrement celui des femmes) afin de sortir des stéréotypes et de miser sur les capacités des femmes aînées à s’autodéterminer. Le but visé est de favoriser une plus grande inclusion sociale des femmes aînées, particulièrement  de celles qui sont les plus discriminées ou marginalisées (par exemple, les femmes autochtones, immigrantes et lesbiennes).

Les préjugés

Qu’y a-t-il de si néfaste dans les préjugés? D’abord, ils ont une charge affective négative qui, ici, défavorise les femmes. Ils entraînent des attitudes qui encouragent le rabaissement, le dénigrement, l’invisibilité et sont porteurs ainsi d’exclusion sociale. Bien sûr, ils peuvent parfois s’appuyer sur certains éléments vrais, mais le problème c’est la généralisation d’un fait à toute une catégorie de personnes.

Les principaux effets des préjugés sont de dévaloriser l’image, la parole et les actions des femmes et de diminuer l’estime qu’elles ont d’elles-mêmes.

Le défi que représente l’avancement en âge, dans une société qui valorise entre autres le rendement, la performance, la jeunesse et la beauté, exige la remise en question des préjugés et des images stéréotypées à l’égard des femmes aînées afin qu’elles puissent devenir des « âgées agissantes » qui peuvent influencer leur propre vie jusqu’à la fin.

Comment les aborder

À partir d’une liste la plus complète possible des préjugés les plus répandus véhiculés à l’égard des femmes aînées dans notre société, nous avons retenu quatre types de préjugés : la dévalorisation de l’image corporelle des femmes aînées, l’idée qu’elles sont un poids pour la société, la disponibilité sans faille qu’elles doivent assurer à leurs proches et une désaffection par rapport à la société. Un à un, ces types de préjugés ont été repris, étayés et soumis à l’épreuve des faits, dans le but de les déconstruire. Cet argumentaire se présente sous la forme d’un diaporama qui constitue un élément majeur de cet outil de formation.

Tout au long de l’analyse, nous avons toujours tenté de prendre en compte la pluralité et diversité des réalités vécues par les femmes aînées. Pour certaines, les discriminations et préjugés déjà vécus comme femme et aînée, s’entrecroisent avec d’autres exclusions. On pense ici aux femmes handicapées, immigrantes, autochtones ou lesbiennes qui, encore aujourd’hui, font l’objet de préjugés particuliers.

Des témoignages d’aînées

L’outil comporte aussi sept capsules vidéos dans lesquelles des femmes témoignent de leurs perceptions du vieillissement, de leurs intérêts et occupations et des réalités particulières qu’elles vivent en tant que lesbiennes, immigrantes ou autochtones.

Regardez les capsules vidéos

Les femmes aînées : des citoyennes à part entière

Ce nouvel outil s’inscrit dans le prolongement des travaux réalisés par le comité depuis sa mise sur pied en 2008. Le premier projet développé portait particulièrement sur la situation économique des femmes aînées, les inégalités et discriminations qu’elles vivaient.  Il faisait partie d’un vaste projet concernant trois parcours dans la vie des femmes : la période où elles sont jeunes et celle où elles sont aînées, de même que le parcours d’immigration vécu par plusieurs d’entre elles. L’objectif global était alors de cerner les discriminations spécifiques qu’elles vivaient, en vue d’améliorer leur situation économique et leurs conditions de vie, de développer leur autonomie, de favoriser leur inclusion sociale et leur participation citoyenne.

Pour le comité femmes aînées, le résultat de cette démarche s’est concrétisé dans un outil de formation, Citoyennes à part entière pour toute la vie, (encore disponible sur le site de la FFQ) qui abordait différents aspects de la situation des aînées : inégalités économiques, travail invisible, perte d’autonomie, violences, situation particulière des lesbiennes âgées, témoignages d’une femme immigrante et d’une femme innue. Cet instrument a donné lieu à plusieurs formations et présentations à travers le Québec.

Plus tard, en 2013, le comité a décidé d’aller à la rencontre des femmes d’associations mixtes de personnes aînées avec un projet portant sur l’engagement social des femmes à travers les associations dont elles étaient membres. Ce projet a donné lieu à la tenue de deux mini-forums.

Pourquoi se pencher maintenant sur les préjugés véhiculés dans la société à l’égard des femmes aînées? Cette question est très souvent ressortie lors des différentes  rencontres organisées avec des femmes aînées de différents milieux. Les préjugés qu’elles relevaient faisaient partie de l’âgisme qu’elles dénonçaient. « La p’tite madame fragile toujours rendue chez le médecin, ayant comme seules activités le bingo et les cartes; des femmes dont l’horizon ne dépasse pas la famille, qui ne se soucient guère des enjeux sociaux, qui n’ont pas de sexualité », etc. La plupart de celles que nous avons rencontrées déploraient aussi leur invisibilité, particulièrement dans les médias les plus importants.

C’est ainsi qu’est née l’idée de demander une subvention au Programme Nouveaux Horizons  pour les Aînés (sic) du Gouvernement du Canada (subvention obtenue) sur les préjugés véhiculés à l’égard des femmes aînées.

À vous maintenant de prendre le relais

Vous retrouverez l’outil, Vieilles au delà des préjugés! sur le site de la FFQ. Il comporte plusieurs pièces téléchargeables: une affiche, un diaporama, un guide d’animation et  sept capsules vidéo (d’environ 5 minutes chacune). Le guide d’animation propose plusieurs façons de l’utiliser selon le temps dont vous disposez et vos besoins propres.

Nous espérons que vous le ferez connaître le plus largement possible. Il n’est pas destiné qu’aux femmes aînées. Il peut aussi nourrir la réflexion dans des milieux mixtes et avec des jeunes, car tout le monde est concerné par des préjugés qui visent un groupe social en particulier. Il peut enfin servir à poser des actions ou étayer des revendications.

En guise de conclusion

Cet outil s’est construit à travers plusieurs collaborations. Le comité femmes aînées a encadré la démarche, qui s’est voulue avant tout inclusive et participative, en recourant d’abord à un comité conseil et à une chargée de projet. Nous avons eu recours aussi à des groupes-cibles (focus groupes) afin d’avoir leurs réactions sur une version préliminaire de l’outil. Enfin sept femmes ont accepté généreusement de participer aux capsules vidéo.

Merci à toutes!!

 

Gisèle Bourret
responsable du comité femmes aînées

Commentaires

Un commentaire sur “Vieilles, au delà des préjugés!”

  • Claire Aubin dit :

    Bravo à Gisèle Bourret et l’équipe de réalisation pour avoir développer cet outil. Il sera très utile et j’espère qu’il sera diffusé partout dans les Centres de femmes du Québec et toutes les régions.