18 novembre 2015

Retour sur la Caravane de la MMF : des alternatives et des revendications locales

 

« Levons-nous debout. Ensemble, on peut
stopper la destruction de notre beau Québec. »
Manon Girard, militante féministe
Saguenay-Lac-Saint-Jean
.

 

 

Voilà un mois que la Caravane des résistances et solidarités féministes est rentrée au bercail! Après une puissante tournée d’actions de résistance du mouvement féministe, voilà que nous prenons la mesure du chemin parcouru, des luttes soutenues et des alternatives bien en marche dans les régions du Québec.

Sur 5 000 kilomètres de route, la Caravane a jeté l’encre dans 13 régions, mobilisées sur une diversité d’enjeux. Si les actions prenaient une couleur tout à fait locale, soulignons avec force que les femmes du Québec résistent aux mêmes systèmes de domination. Les systèmes patriarcal, capitaliste et colonialiste impactent les femmes d’ici et du monde entier et les maintiennent dans une position de vulnérabilité que nous refusons de maintenir et contre laquelle nous résistons ensemble.

Nos luttes sont communes et la tournée de la Caravane est venue prouver la force de notre solidarité et notre capacité à transposer notre vision dans des alternatives concrètes, diversifiées et inspirantes pour une société libre de domination. En voici des exemples éclatants.

Quand nos consœurs montréalaises nous apprennent que 5 000 ménages de Côte-des-Neiges investissent plus de 80% de leurs revenus mensuels au loyer, nous sommes en colère et nous refusons avec elles qu’il en soit ainsi. Une marche nous a mené sur le site de Blue Bonnets, ancien hippodrome de Montréal, ciblé par des promoteurs pour la construction d’un imposant projet immobilier qui viendra encore appauvrir la population environnante. Quarante-cinq groupes communautaires du quartier, dont les groupes de femmes, se mobilisent depuis plus de 20 ans et revendiquent 2 500 logements sociaux dans le projet immobilier. Avec elles, nous scandons : « Pour un développement de Montréal avec les femmes! » Pour un développement inclusif et solidaire sur tous nos territoires!

Austérité = vulnérabilité

Quand nos camarades de Laval nous présentent leur Portrait des femmes en situation de vulnérabilité, nous saluons l’importante contribution qu’elles apportent sur les réalités vécues et dans la compréhension des profondes inégalités qui frappent les femmes. Avec elles, nous refusons que les femmes soient les premières touchées par les mesures d’austérité, qu’elles soient encore les plus vulnérables dans la société. Comme l’expriment les gaspésiennes et les madelinotes dans leur Manifeste : « nous sommes en colère, car votre austérité a d’abord un sexe : les femmes sont les plus touchées par les mesures d’appauvrissement! » Nous appuyons l’initiative de ces dernières de porter leur manifeste à l’Assemblée nationale.

Mais comment espérer des changements en profondeur quand les femmes sont maintenues à l’écart des lieux de pouvoir et de décision? Les femmes du Saguenay agissent sur l’absence des femmes dans les instances décisionnelles et le faible revenu moyen des femmes (pour 1$ gagné chez les hommes, les femmes gagnent 0,62$!). Elles exigent le suffrage universel pour la préfecture pour 2017, ce qui remplacerait le mécanisme de « nomination » qui défavorise les femmes : dans toute leur histoire, une seule préfète a eu accès à ce poste d’influence. Nous appuyons leur requête sans détour, et avec elles, nous refusons le démantèlement des régions au niveau des structures régionales. Signons leur Manifeste pour une gouvernance équitable locale et régionale!

La vie avant le profit!

Nous n’en pouvons plus des tragédies, de payer de nos vies le prix de l’indifférence*. Le Lac-Mégantic a perdu 47 de ses habitants, décédés dans le déraillement de train survenu dans la nuit du 6 juillet 2013. Le passage de la Caravane à Lac-Mégantic fut l’occasion de commémorer la disparition de ces êtres aimés, mais aussi et surtout d’être en action ensemble pour refuser le transport pétrolier meurtrier et l’exploitation des ressources et des communautés. Avec elles, nous avons exigé une voie de contournement pour qu’elles se réapproprient leur Centre-ville, leur territoire!

Le 4 octobre, nous avons marché avec nos sœurs autochtones et exigé, à leurs côtés, la tenue d’une enquête sur les 1186 femmes autochtones assassinées et disparues. Le 17 octobre, plus d’un millier de femmes ont pris part à un imposant die-in à Trois-Rivières! Tout au long de la tournée, les femmes du Québec, allochtones et autochtones, ont travaillé ensemble et appris à se connaître dans l’action, à bâtir des relations égalitaires entre les peuples. Avec elles, nous appuyons les résistances des peuples et des femmes autochtones!

À Rivière-du-Loup, les femmes du Bas-Saint-Laurent ont dénoncé les agressions sexuelles vécues par les femmes dans l’armée, les viols de guerre et les sommes investies dans le développement de l’armée en posant un geste de résistance sur le site du manège militaire. Une marche symbolique nous a ensuite conduites au Vieux Manège, qui abrite aujourd’hui plusieurs organismes communautaires. Avec elles, nous avons rappelé l’importance de ces groupes comme espaces de résistance. Une militante du Saguenay-Lac-Saint-Jean nous rappelle d’ailleurs que 85% des employés du communautaire sont des femmes.

Merci!

Nous saluons avec force l’engagement, l’intelligence et l’ingéniosité des milliers de militantes, de groupes de femmes, d’alliés que nous avons pu rencontrer lors de la tournée de la Caravane. Ensemble, nous construisons la route vers la libération et tant que toutes les femmes ne seront pas libres, nous serons en marche!

 

 Françoise Bellemare

Commentaires

Le commentaires sont fermés.