21 octobre 2015
Communiqué de presse

Élection fédérale : un changement de cap nécessaire pour le respect des droits des femmes

 

Montréal, 21 octobre 2015 – La FFQ fait un bilan très critique de la campagne électorale, dans laquelle les enjeux portés par les groupes de femmes ont été invisibilisés, en même temps que la question du port du niqab a été instrumentalisée pour servir le jeu électoral. La Fédération des femmes du Québec (FFQ) interpelle le nouveau gouvernement formé par le Parti libéral du Canada (PLC) pour un changement de cap concret en matière d’égalité et de justice sociale.

La FFQ salue l’engagement du nouveau gouvernement libéral à former un cabinet paritaire d’ici deux semaines. Une présence accrue des femmes dans le cabinet ministériel est un pas dans la bonne direction, cependant le gouvernement ne doit pas s’arrêter là. Il est nécessaire que l’ensemble des politiques, lois et mesures économiques tiennent compte des impacts différenciés sur les femmes pour assurer une réelle égalité entre les femmes et les hommes et entre les femmes elles-mêmes.

Quels seront les priorités du gouvernement libéral ?

Le PLC a affirmé vouloir mettre sur pied une commission d’enquête nationale sur la disparition et l’assassinat des femmes autochtones. La FFQ demande que cette enquête soit enclenchée rapidement et en collaboration étroite avec les organisations de femmes autochtones. Rappelons que l’Association des femmes autochtones du Canada a produit une étude documentant cette situation au Canada et que Femmes autochtones au Québec complète présentement une étude documentant plus précisément la situation au Québec. Les femmes autochtones ont joué un rôle majeur dans la production de connaissances sur cet enjeu, le gouvernement doit reconnaître cette expertise et en faire  des interlocutrices privilégiées dans la suite du processus.

Dix années désastreuses pour les femmes

Les dix années de pouvoir du Parti conservateur ont laissé un goût amer aux femmes et groupes de femmes. Les politiques sexistes du gouvernement ont nuit à l’autonomie et l’autodétermination des femmes canadiennes et autochtones. Pensons au désinvestissement majeur dans Condition féminine Canada, aux nombreux projets de loi portant atteinte au droit à l’avortement, au refus obstiné de tenir une commission d’enquête nationale sur les femmes autochtones disparues et assassinées, à l’investissement massif dans l’équipement militaire, aux déploiements militaires en Afghanistan, en Irak et en Syrie et à l’instauration d’une politique guerrière  qui participe activement  au développement d’un discours basé sur la peur de l’Autre, et alimente les propos et actes xénophobes et islamophobes ici comme ailleurs dans le monde.

Désinvestir dans la guerre, investir dans les mesures sociales

La FFQ accueille favorablement l’engagement de mettre fin à l’intervention militaire en Irak et en Syrie et d’annuler l’achat de F-35. Rappelons que le coût d’achat et d’entretien d’un seul F-35 est de 692 millions de dollars, cette somme permettrait la construction de 10 456 logements sociaux, une initiative qui profiterait aux femmes qui sont plus nombreuses à vivre dans la pauvreté.

Le gouvernement doit également prendre ses responsabilités dans la crise des réfugié.es. L’engagement militaire du Canada en Syrie participe à cette crise, le PLC s’est engagé à accueillir 25 000 réfugiés syriens d’ici la fin de l’année, cette promesse doit s’accompagner de ressources adéquates pour permettre cet accueil et doit reconnaître et appuyer les groupes communautaires qui travaillent sur le terrain avec les personnes réfugiées.

La FFQ aura à l’œil, le nouveau gouvernement pour que les engagements pris durant la campagne ne restent pas lettre morte.

-30-

Source :

Cybel Richer-Boivin
514-717-4847

Commentaires

Le commentaires sont fermés.