9 avril 2015

#MMF2015 : 24 heures d’actions féministes

 

Le 24 avril prochain, partout dans le monde, les féministes de la Marche mondiale des femmes organiseront des actions de 12h à 13h pour dénoncer l’appropriation et l’exploitation du travail des femmes. La date du 24 avril a été choisie car plus d’un millier de travailleuses et de travailleurs ont trouvé la mort, et davantage de personnes ont été blessées, dans l’effondrement du Rana Plaza, un immeuble de huit étages abritant des ateliers de confection textile au Bangladesh le 24 avril 2013. Cette usine produisait des vêtements en vente dans des magasins largement présents au Québec et ailleurs dans le monde, comme Walmart. La tragédie du Rana Plaza est devenue le symbole de l’exploitation liée à la mondialisation capitaliste et patriarcale de l’économie de production et de consommation.

Libérons nos corps, notre Terre et nos territoires !

Cette année, la Marche mondiale des femmes au Québec souhaite inscrire les enjeux du travail précaire dans le thème plus large de la MMF 2015 : Libérons nos corps, notre Terre et nos territoires. Voici comment la MMF articule ces liens pour les actions du 24 avril :

Contrôle du corps à travers l’exploitation du travail des femmes : Le capitalisme néolibéral est un système économique qui exploite les femmes. Il conduit à la délocalisation des emplois, ce qui signifie des pertes d’emplois ici et à la sous-traitance aux pays offrant les plus bas prix de main d’œuvre. Il se développe en exploitant les femmes qui travaillent dans les pays comme le Bangladesh pour des salaires de misère et dans des conditions dangereuses, comme l’a montré l’effondrement du Rana Plaza. Il entraine également la détérioration des conditions de travail pour l’ensemble des travailleuses et travailleurs, ici comme ailleurs dans le monde et renforce la division sexuelle et raciale du travail. Les femmes et plus particulièrement les femmes les plus marginalisées sont les premières touchées par cette précarisation des conditions de travail et les différentes formes d’exploitation qui en découlent.

Contrôle des territoires à travers des politiques d’immigration qui accroissent la précarité des femmes : Le capitalisme néolibéral conduit aussi aux migrations des personnes. Par espoir d’une vie meilleure, beaucoup de femmes immigrent au Québec et au Canada. Elles font face régulièrement à des difficultés d’accès à l’emploi notamment à cause des diplômes non reconnus, de la barrière linguistique et des discriminations raciales. Elles sont exposées à des emplois précaires ou parfois même à l’exploitation notamment à titre de femmes de ménage, d’aides domestiques, d’ouvrières, etc. Les règles de l’immigration ne soutiennent pas ces femmes et les excluent d’un soutien important dont l’accès au système de santé. À la violence du système économique s’ajoute la violence exercée par l’État.

Ces formes d’exploitation et de précarisation du travail des femmes s’accentuent avec les politiques d’austérité au Québec comme ailleurs dans le monde : Le capitalisme néolibéral s’appuie sur le travail invisible des femmes. Il accentue le retour à la maison des femmes par l’effritement des politiques sociales dont celles de soutien à la famille et à la maternité. Les mesures d’austérité qui touchent le domaine de la santé, dont les services à domicile, ont pour conséquence que ce sont les femmes qui, bien souvent, effectuent les services à domicile déficients. Tout au long de la vie, la société s’appuie sur leur travail invisible et non rémunéré pour l’éducation des enfants et l’aide aux personnes plus âgées ou en perte d’autonomie.

C’est pourquoi la MMF au Québec souhaite mettre de l’avant les différentes formes d’exploitation du travail des femmes d’ici et d’ailleurs pour dénoncer le système économique actuel, le capitalisme néolibéral, patriarcal, colonialiste et raciste, responsable de ces formes d’exploitation et le soutien de ces systèmes par l’État québécois et canadien. Par ses actions, la MMF au Québec souhaite renforcer les solidarités entre les femmes d’ici et d’ailleurs ! Les féministes du Québec se mobiliseront en solidarité avec toutes les femmes qui luttent contre les différentes formes d’exploitation du travail des femmes.

Des actions locales partout au Québec

Pour connaître les actions qui s’organisent dans votre région, vous pouvez contacter la Coalition régionale de la MMF (voir liste de contacts sur le site de la MMF).

Voici également un document de mobilisation pour appuyer l’organisation d’actions partout au Québec !

À Montréal, une action en solidarité avec les femmes dans l’industrie textile, ici comme ailleurs !

A Montréal, une action sera posée devant un magasin Walmart, pour manifester notre solidarité avec les femmes qui fabriquent nos vêtements ailleurs dans le monde, tout autant qu’avec celles qui les vendent ici. Walmart, une des plus importantes entreprises de vente au détail dans le monde, est connue pour avoir délocalisé la plupart de ses usines de fabrication dans des pays où les conditions de travail sont extrêmement précaires et dangereuses (le Rana Plaza en est un exemple) tout en précarisant les conditions de travail des femmes qui sont employées dans ses magasins au Québec et au Canada.

Lien vers la recherche sur Walmart

Cette action, organisée conjointement par la MMF, le CISO et d’autres groupes de défense des droits comme Au Bas de l’Echelle et Femmes de diverses origines, se déroulera de 12 h à 13 h, devant le Walmart de Côtes-des-Neiges situé au 6700 Côte-des-Neiges (Métro Côte-des-Neiges à 10-15 minutes de marche).

Pour plus d’information :

Inscrivez-vous au bulletin de la MMF au Québec !

Rendez-vous sur le site de la MMF à www.mmfqc.org

 

Alice Lepetit

Commentaires

Le commentaires sont fermés.