3 octobre 2014

Femmes autochtones : un mouvement populaire et sans frontière pour exiger une commission d’enquête nationale

 

Communiqué de Femmes autochtones du Québec et de la coordination du Québec de la Marche mondiale des femmes

Montréal, 3 octobre 2014 – Mashteuiatsh, Rimouski, Chicoutimi, Alma, Sainte-Rose-du-Nord, Sherbrooke, Saint-Hyacinthe, Gesgapegiag, Montréal, Québec, La Tuque, Kanesatake-Oka, Val D’Or, Pointe O’Hara, Odanak, Paris, Bordeaux et Terre-Native; 18 villes et territoires ont répondu à l’appel lancé par la Marche mondiale des femmes au Québec et Femmes autochtones du Québec (FAQ) pour commémorer les femmes autochtones disparues et assassinées, et exiger du gouvernement canadien une commission d’enquête nationale et un plan d’action spécifique aux Nations.

Cette mobilisation sans précédent témoigne de la multiplication des voix qui dénoncent l’indifférence et l’inaction du gouvernement canadien qui nie les causes systémiques de ces disparitions et assassinats. Pour FAQ et pour la coordination du Québec de la MMF (CQMMF), réduire la disparition et le meurtre de plus de 1186 femmes autochtones à un problème de criminalité, comme le fait le premier ministre, porte atteinte à la dignité des femmes autochtones. « En plus de refuser la tenue d’une enquête nationale, le gouvernement crée un plan d’action sans consulter les familles des disparues et les groupes de femmes autochtones et il renvoie l’entière responsabilité de la problématique aux peuples autochtones en refusant de reconnaître le rôle de la colonisation », affirme Alexa Conradi, présidente de la FFQ et porte-parole de la MMF au Québec.

 

Un problème qui touche le Québec

Les chiffres documentés par l’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) en 2010 font état de 22 femmes autochtones disparues et assassinées au Québec. Plus récemment, la GRC a chiffré à 46 le nombre de cas d’homicide dans la province, soit l’équivalent proportionnel de 2650 femmes québécoises. « Pour nous, toutes les formes de violence envers les femmes et les filles autochtones, peu importe leur provenance, sont ancrées dans la marginalisation et la discrimination qui découlent de la colonisation. Il n’y a aucun doute que cette violence est de nature systémique en ce sens que la dévalorisation de la vie des femmes autochtones est perpétuée par les différentes institutions actives au Québec; police, médias, systèmes d’éducation et de justice » soutient Viviane Michel, présidente de FAQ. Malgré la panoplie de rapports qui existent sur la question, peu d’information a été récoltée concernant cette réalité au Québec, c’est pourquoi FAQ travaille en ce moment sur une  recherche sur les femmes autochtones disparues et assassinées au Québec. Même s’il est trop tôt pour partager les résultats, le travail déjà effectué démontre que les cas répertoriés par l’AFAC et la GRC ne sont que la pointe de l’iceberg.

Une mobilisation qui prend de l’ampleur
Afin d’augmenter la pression sur le gouvernement, FAQ et la MMF au Québec ont appelé les coalitions de la MMF active dans une cinquantaine de pays à interpeller directement le Premier ministre du Canada. Elles vont écrire au gouvernement conservateur pour appuyer la demande d’une enquête publique indépendante pour comprendre les causes de cette violence et pour en trouver des solutions.

Notons aussi qu’en plus des vigiles organisées par des militantes de la Marche ou en réponse à l’appel de FAQ et de la MMF au Québec, des vigiles se tiendront également dans d’autres régions du Québec; Amqui, Sept-Îles, Natashquan, au parc de La Vérendrye et Mingan-Ekuanitshit, portant le nombre de vigiles à 20 au Québec.

Cette mobilisation pour la Journée nationale de commémoration des femmes autochtones disparues et assassinées marque le début d’une série d’actions qui s’organiseront durant la 4e action internationale de la MMF en 2015 sous le thème « Libérons nos corps, notre Terre, nos territoires ».

Trouver une vigile près de chez vous en accédant à la carte interactive

-30-

SOURCE :

Pour la coordination du Québec de la Marche mondiale des femmes
Cybel Richer-Boivin
514-717-4748

Commentaires

Le commentaires sont fermés.