16 juin 2014
Communiqué de presse

Réclamons une commission d’enquête nationale sur l’assassinat et la disparation des femmes autochtones

 

Montréal, 16 juin 2014 — La Fédération des femmes du Québec (FFQ) organisait ce midi une action éclair avec un groupe de militantes féministes au complexe Guy-Favreau à Montréal afin de dénoncer l’indifférence et l’inaction du gouvernement fédéral qui refuse toujours de tenir une commission d’enquête nationale sur les femmes autochtones assassinées et disparues au Canada. L’action s’est déroulée sous les yeux des travailleuses et travailleurs de ce secteur du centre-ville.

Selon les données recueillies par les Sœurs par l’esprit de l’Association des femmes autochtones du Canada, 1186 femmes autochtones ont disparu ou ont été assassinées au Canada entre 1980 et 2012. Leurs chiffres révèlent aussi que la situation s’est aggravée au cours des dix dernières années. Le rapport de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) confirmait récemment une grande partie de ces données. Le rapport de la GRC montre également que les femmes autochtones représentent 4,3 % des femmes au Canada, mais 16 % des femmes tuées. Cette surreprésentation des femmes autochtones se confirme aussi chez les victimes de violences; elles seraient 3 fois plus nombreuses à subir des violences que les femmes allochtones.

Pourquoi réclamer une commission d’enquête nationale?

La tenue d’une commission d’enquête nationale sur l’assassinat et la disparation des femmes autochtones est importante pour comprendre les causes de ces violences à l’endroit des femmes autochtones et pour identifier les pratiques que l’État et ses institutions doivent mettre en place pour en finir avec cette situation. Une telle commission permettra à l’État et à la société de comprendre pourquoi les femmes autochtones sont ciblées de la sorte. « Cette commission doit nous permettre non seulement d’identifier les causes de ces violences, mais aussi de faire des liens entre cette problématique et, par exemple, les luttes historiques des peuples autochtones pour l’autodétermination », souligne Alexa Conradi, présidente de la FFQ.

La violence, une conséquence bien réelle du colonialisme

Dès le début du colonialisme, les autorités s’en sont prises aux femmes autochtones, perçues comme étant trop libres et respectées. On a introduit l’inégalité juridique entre hommes et femmes autochtones avec l’adoption de la Loi sur les Indiens. Les méthodes de la colonisation (déplacement des populations, pensionnats, contrôle des pratiques culturelles, missionnariat) ont entraîné la marginalisation de nombreuses femmes autochtones dans leur propre communauté et dans l’ensemble de la société où elles continuent d’être victimes de préjugés et de dévalorisation. En voulant assimiler les autochtones, nous avons fini par détruire les cultures, les langues et les institutions autochtones et par nous approprier les terres et ressources. Même aujourd’hui, il y a plus d’enfants retirés de leurs familles et communautés qu’à l’époque connue comme le Big scoop. Les tissus sociaux affaiblis et déstabilisés, les femmes autochtones sont vulnérables aux prédateurs non autochtones et à la violence intracommunautaire. « La discrimination systémique dont les femmes autochtones sont victimes participe activement à la vulnérabilité d’un bon nombre d’entre elles, qui se retrouvent en dehors de leur communauté et qui connaissent des situations d’itinérance ou de grande pauvreté favorables aux violences envers les femmes », ajoute Mme Conradi.

L’action éclair d’aujourd’hui s’inscrit dans une volonté de se solidariser avec les femmes autochtones et d’augmenter la pression sur le gouvernement conservateur pour qu’il tienne une commission d’enquête nationale sur les causes de ces meurtres. Au-delà de la justice, la FFQ souhaite que cette commission d’enquête nationale participe aux processus de réconciliation et de réparation amorcés par le gouvernement et la société autour des pensionnats pour autochtones. Cette démarche doit s’inscrire dans la continuité et permettre à la société dans son ensemble à faire face à son histoire.

 

-30 -

Cybel Richer-Boivin
514-717-4847
Fédération des femmes du Québec

Commentaires

3 commentaires sur “Réclamons une commission d’enquête nationale sur l’assassinat et la disparation des femmes autochtones”

  • Sylvie Lacelle dit :

    SHAME ON YOU HARPER AND CO……..

  • Brisebois Louise dit :

    Le chiffre astronomique de meurtres et de de disparitions de ces femmes autochtones frisent le génocide. C’est monstrueux que le gouv.fédéral autant que le ministère de la condition féminine fédérale ne réagissent pas ou très peu. On voit où sont leur priorité. Ça prend quoi de plus pour parler de racisme… de l’indifférence.

  • Mélanie Bibeau dit :

    C’est presque un génocide ce que le gouvernement Canadien a fait au peuple autochtone et les gens l’ignorent. C’est de la violence fait au femme, un aveuglement envers ce qu’elles ont subi, mais c’est bien plus que ça. C’est tout un peuple qu’on cherche a enterrer sous la neige. M. Harper me dégoûte. Il ne voudra certainement pas ouvrir une commission d’enquête avant les élections. Cela aurait conséquence de mettre en lumière l’inaction des conservateurs.

    Que le prochain gouvernement soit assez talonné par les activistes qu’il passe à l’action pour rétablir le dialogue et que la justice soit fait pour ces personnes.

Nous ne publions jamais les adresses courriel.

Veuillez saisir le code de sécurité ci-dessous :