6 décembre 2013

Projet de loi 60 : nous participerons à la consultation

 

Le 7 novembre dernier, le gouvernement québécois déposait son projet de loi 60, Charte affirmant les valeurs de laïcité et de neutralité religieuse de l’État ainsi que d’égalité entre les femmes et les hommes et encadrant les demandes d’accommodement, et annonçait quelques jours plus tard la tenue d’une consultation générale à l’hiver 2014. La FFQ participera à la consultation et déposera un mémoire, nous vous tiendrons au courant de ces démarches au retour de fêtes.

Depuis l’annonce, d’une Charte des « valeurs québécoises », la FFQ a activement pris part au débat en participant à des événements publics organisés par différents groupes, en organisant elle-même une soirée de réflexions et d’échanges, Au-delà du voile… Réponses féministes aux fondamentalismes (cette soirée a été captée et sera rendue disponible très bientôt sur le web), en accordant plusieurs entrevues dans les médias et en lançant  le site http://laicitefeministe.com/.

Dans toutes nos interventions publiques sur la Charte, nous avons tenu à présenter une vision de la laïcité de l’État qui s’engage pour l’atteinte de l’égalité de toutes les femmes. Sur cet enjeu comme dans d’autres, la FFQ allie lutte pour une transformation sociale avec avancement des droits et libertés collectifs et individuels. La FFQ a aussi tenté de démystifier un certain nombre d’idées reçues sur ses positions concernant la laïcité et le port de signes religieux. En 2009, les membres adoptaient une position de « ni obligation, ni interdiction » lors d’une assemblée générale extraordinaire sur la question. C’est donc avec  vous, ses membres, que la FFQ s’oppose vigoureusement à l’obligation faite aux femmes de porter certains signes religieux et s’oppose à une éventuelle interdiction d’en porter imposée aux employées de l’État.

Cette position de « ni obligation, ni interdiction » fait toutefois exception du niqab et de la burqa, qui doivent être interdits pour les employées de l’État, car ces deux vêtements entravent la communication et enferment les femmes dans une citoyenneté de seconde zone.

La FFQ continuera donc de prendre clairement position pour la laïcité de l’État tout en sachant que la laïcité, bien qu’elle soit un bon outil pour s’en approcher, ne garantit pas aux femmes le droit à l’égalité. La FFQ favorise la construction d’un projet de société autour de valeurs communes comme l’égalité, la justice, la solidarité, la paix et la liberté. Ceci implique un effort de la société pour contrer la discrimination afin que tout le monde puisse accéder aux mêmes droits. Nous vous invitons à poursuivre cet effort pour créer une société juste et égalitaire pour toutes les femmes.

Cybel Richer-Boivin

Commentaires

Nous ne publions jamais les adresses courriel.

Veuillez saisir le code de sécurité ci-dessous :