8 novembre 2013
Communiqué de presse

Un vivre ensemble qui crée de l’exclusion

 

Réaction de la Fédération des femmes du Québec au dépôt du projet de loi nº 60

Montréal, 8 novembre 2013 – Le gouvernement Marois déposait hier son projet de loi sur la controversée Charte des « valeurs québécoises ». Alors qu’on aurait pu s’attendre à un projet de loi qui tient compte des nombreuses critiques et suggestions formulées par la société civile, le gouvernement a plutôt choisi de déposer un projet qui officialise l’exclusion. Il est dommage que le gouvernement n’ait pas pris la peine d’étudier des suggestions qui auraient permis l’adhésion d’un plus grand nombre de QuébécoisEs autour de la laïcité de l’État.

Le gouvernement persiste et signe en affirmant que ce projet de loi vise à préserver l’égalité entre les femmes et les hommes. Or, un bon projet féministe fait avancer le droit de toutes les femmes à l’égalité sans créer l’exclusion de certaines d’entre elles. « En interdisant le port de signes religieux par toutes personnes au service de l’état québécois, le principal employeur des femmes au Québec, le gouvernement officialise la discrimination au nom des “valeurs québécoises” », affirme Alexa Conradi, présidente de la Fédération des femmes du Québec (FFQ).

Exclusion officialisée au nom du vivre ensemble
Le ministre Bernard Drainville a choisi de présenter le projet de loi n ° 60 en employant des mots tels qu’harmonie, vivre ensemble, débat serein, respect. « Le débat en cours depuis l’annonce d’un projet de Charte des “valeurs québécoises” a toutefois donné lieu à différentes manifestations d’intolérance marquées par la méconnaissance, entre autres à l’égard des femmes portant le foulard. Le gouvernement n’a rien fait pour mieux informer le public et a laissé se développer une confusion entre intégrisme et port de signes religieux. Comment le gouvernement peut-il rester silencieux devant l’intolérance et la méconnaissance et aspirer en même temps à un débat serein et à un vivre ensemble harmonieux? », questionne Mme Conradi.

Rappelons que la FFQ est pour la laïcité de l’État et contre les fondamentalismes religieux. La FFQ s’oppose vigoureusement à l’obligation faite aux femmes de porter certains signes religieux tout en s’opposant à une éventuelle interdiction d’en porter imposée aux employées de l’État et des services publics. La FFQ fait toutefois une exception du voile intégral (burqa et niqab) qui doit être interdit dans la fonction publique et les services publics, incluant les garderies.

Pour connaître l’ensemble des propositions de la FFQ, pour approfondir et enrichir le débat sur la laïcité et l’égalité, visitez laicitefeministe.com. La FFQ étudiera plus à fond le projet de loi nº 60 et participera aux consultations sur le projet de loi afin de faire entendre une voix féministe sur cette question cruciale.

– 30 –

Source :

Cybel Richer-Boivin

Fédération des femmes du Québec

514-717-4847

Commentaires

Nous ne publions jamais les adresses courriel.

Veuillez saisir le code de sécurité ci-dessous :