15 janvier 2013

FFQ en bref Janvier 2013 – Cette féministe a plus d’une corde à son arc!

 

«Ma mère, des enseignantes laïques et religieuses, Simone Monet-Chartrand, Françoise David, Micheline Dumont… voilà quelques-unes des femmes qui ont inspiré chaque étape de mon parcours de femme et de féministe» nous disait Gisèle Bourret, une fidèle militante de la Fédération des femmes du Québec.

Laissez-nous vous parler de Gisèle, féministe depuis plus de 30 ans, membre engagée dans des comités de travail de la FFQ et loyale donatrice mensuelle.

Venant d’un milieu rural pauvre, sa mère l’a encouragée à faire des études supérieures.  Dotée d’un doctorat en philosophie, Gisèle est devenue enseignante au cégep Bois-de-Boulogne pendant 23 ans.  «Maman a été la première femme qui m’a inspirée. Elle a été signifiante dans mon évolution comme femme autonome et féministe» nous confiait-t-elle.

Inspirée aussi par les femmes laïques et religieuses qui lui ont enseigné, son engagement social a pris son envol peu avant les années 1960, au sein de la Jeunesse étudiante catholique où elle a franchi tous les échelons de la militance. Dans la décennie 70-80, son engagement dans les mouvements populaires correspond à son engagement social comme féministe. Dès 1984, Gisèle met sur pied le premier cours sur le féminisme au cégep où elle enseigne.

Inspirée entre autres par Simone Monet-Chartrand, elle s’implique alors à fond dans le milieu syndical, plus particulièrement dans les comités, fédéral et national, de condition des femmes de la CEQ (Centrale de l’enseignement du Québec), aujourd’hui CSQ (Centrale des syndicats du Québec). Elle y sera responsable du comité et du réseau de la condition des femmes de cette Centrale de 1994 à 2001.

C’est à ce moment que Gisèle devient membre active de la FFQ et s’investit tour-à-tour au Conseil d’administration de la FFQ et au sein du Comité organisateur de la Marche mondiale des femmes de l’an 2000 à titre de représentante syndicale en matière de condition féminine.

C’est lors de la préparation de la marche Du Pain et des Roses qu’elle fait la rencontre de Françoise David qui a été, pour elle, une figure importante dans l’engagement social et féministe. À sa retraite, Gisèle a été entre autres responsable de la préparation du  congrès d’orientation de 2003, à titre à la fois de travailleuse à la FFQ et militante.

Actuellement, elle est responsable du Comité des femmes aînées de la FFQ, formé en 2008. L’objectif est de sensibiliser les membres de la FFQ ainsi que les différents groupes alliés à la situation spécifique que vivent les femmes aînées afin que ces dernières soient en mesure d’agir sur leurs propres conditions et d’être des citoyennes à part entière.

Elle est aussi membre, depuis ses débuts en 2001, du Comité femmes et mondialisation. Mis sur pied dans la foulée de la Marche mondiale des femmes de 2000, ce comité se préoccupe de cerner les différents impacts de la mondialisation néolibérale sur les femmes et de promouvoir des actions de solidarité internationale.

Plus récemment, à l’occasion de son Assemblée générale annuelle de mai dernier, la FFQ saluait l’œuvre de pionnière de Micheline Dumont, historienne très réputée, en lui décernant le prix Idola St-Jean 2012. Par cet hommage, on voulait souligner son inestimable contribution à l’histoire des femmes au Québec depuis plus de 40 ans. Gisèle Bourret n’hésite pas à considérer Madame Dumont comme une « géante » de l’histoire des femmes au Québec. (Notons ici que Gisèle a été également récipiendaire de ce prix en 2007).

Les valeurs qui animent encore Gisèle Bourret sont la liberté, l’autonomie, l’égalité, la justice, la sécurité. Toujours préoccupée de la sécurité économique des femmes et consciente de ses impacts sur leurs conditions de vie, Gisèle souhaite de tout cœur que les femmes prennent conscience de ce qu’elles sont et de ce qu’elles peuvent faire comme groupe social. Et surtout, que les femmes continuent de développer de la confiance en elles,  demeurent « maîtresses » de leur vie!

Comme vous l’avez lu, sa mère, ses enseignantes, Simone Monet-Chartrand, Françoise David et Micheline Dumont de même que les membres et associations affiliées à la FFQ  ont constitué et constituent toujours pour elle la flamme de son engagement féministe et social.

« Je suis déterminée dans les causes que je défends. Je suis plus assurée dans ma quête d’autonomie et la lutte pour les droits des femmes en me sentant littéralement appuyée. Avec la FFQ, je ne me sens pas seule dans ces luttes. À 73 ans, je ne vois pas ma vie sans une militance sociale et féministe. Depuis l’âge de 10 ans, l’injustice me révolte! » avance-t-elle.

« Aussi, contribuer financièrement à la Fédération des femmes du Québec donne une chance au mouvement des femmes de progresser. C’est pourquoi je considère que c’est aux membres de faire leur part et de donner. Et je reconnais que sans l’apport  de ses membres, la FFQ ne peut pas vivre. Contribuer, c’est témoigner de notre confiance, c’est affirmer notre engagement, notre solidarité et aussi notre volonté  d’être présente à notre évolution en tant que femmes et féministes.  C’est comme cela que j’exprime ma solidarité »  nous dit-elle pour conclure.

Vous pouvez certainement lui dire : Chapeau Gisèle!

 

Propos recueillis par Dominique Racine

Commentaires

2 commentaires sur “FFQ en bref Janvier 2013 – Cette féministe a plus d’une corde à son arc!”

  • Salut Gisèle…

    Oui, quelle féministe inspiratrice et solidaire. Je me souviens notamment des multiples 8 mars que nous initions ensemble au cégep de Bois-de-Boulogne. Tu as consolidé ma fibre féministe en te faisant solidaire de mes initiatives auprès de tes collègues syndiqués. Tu rehaussais, j’en étais consciente, cette journée mémorable et débordante de fierté pour les femmes et les «filles» étudiantes qui éprouvaient de la difficulté à se reconnaître dans le terme «femme». Une époque? peut-être est-elle dépassée? Pas si sûr dans tous les milieux!

    Je me souviens! Je t’admire et je suis ton parcours de mon mieux!

  • kosha lipke dit :

    Hello Gisele: Jas forwarded this site to me. He is so very proud of you and we are so glad he shared this with us. We have heard about your many activities regarding women taking a stand and becoming recognized word wide.

    Looking forward to meeting you very soon and hopefully we may have some very interesting discussions.

    Warm RegardWes, Kosha Lipke

Nous ne publions jamais les adresses courriel.

Veuillez saisir le code de sécurité ci-dessous :