12 décembre 2012

FFQ en bref Décembre 2012 – Visite à la nouvelle ministre de la Condition féminine, Agnès Maltais

 

Le 29 novembre dernier, une délégation de la FFQ[1] a rendu visite à la nouvelle ministre de la Condition féminine, Agnès Maltais.

Bien que brève, cette rencontre a permis de prendre un bon premier contact et d’annoncer clairement nos couleurs de part et d’autre. Le franc parler était à l’honneur. Quelques grandes préoccupations actuelles ont été abordées, particulièrement les enjeux qui sont sur l’agenda gouvernemental et que nous voulons influencer.

Parmi eux, la question des retraites est majeure. Dans le débat actuel, les inégalités hommes-femmes ont été complètement passées sous silence. Chiffres à l’appui, la FFQ a démontré que pour les femmes, le privé n’est pas la solution et que seule l’amélioration des régimes publics peut répondre aux particularités de leurs parcours de vie. Or madame Maltais est aussi, en tant que ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale, responsable du Régime de rentes du Québec.  En lui parlant, on fait coup double!

Plan Nord, travail, discriminations multiples, laïcité, analyse différenciée selon les sexes, enquête publique sur la disparition et l’assassinat de femmes autochtones, ces points ont été abordés trop rapidement, mais des jalons sont posés, des rencontres futures sont envisagées. Si la ministre n’a pas fait d’annonces ou de promesses, elle a cependant démontré un intérêt et une ouverture qui augurent bien pour la suite du dialogue. On nous propose d’être aux aguets car le gouvernement a des plans sur la précarité du travail. Lesquels? Les gestes suivront-ils?

Enfin, on se souvient que l’orientation et l’existence même du Conseil du statut de la femme avaient fait l’objet d’une remise en question ces dernières années. Là-dessus la ministre est ferme : le Conseil est là pour rester, et pour rester autonome.

 

Élisabeth Germain



[1] Délice Mugabo (du comité des femmes immigrantes et racisées), Lorraine Leduc (du comité des femmes en situation de handicap) ainsi que Martine Éloy, Elisabeth Germain et Alexa Conradi (toutes trois membres de l’exécutif)

Commentaires

Nous ne publions jamais les adresses courriel.

Veuillez saisir le code de sécurité ci-dessous :