12 décembre 2012

FFQ en bref Décembre 2012 – Retour sur la campagne des 12 jours d’action pour l’élimination de la violence envers les femmes

 

L’édition 2012 de la campagne a été coordonnée par la Fédération des femmes du Québec, et menée conjointement avec la Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle, la Fédération de ressources d’hébergement pour femmes violentées et en difficulté du Québec, Femmes Autochtones du Québec, L’R des centres de femmes du Québec, le Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale, le Regroupement québécois des centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel – RQCALACS, le Réseau d’action des femmes handicapées du Canada, SOS Violence conjugale ainsi que la Table de concertation des organismes au service des personnes réfugiées et immigrantes.

Le thème de cette année était :

Les femmes sont encore victimes de violence parce qu’elles sont des femmes, et aussi parce que :

1)      On ne croit pas les femmes  

2)      On excuse les hommes

3)      On garde le silence

4)      On propage des stéréotypes sexistes et racistes 

 

Réagissons ! Le silence, c’est l’indifférence !

 

S’inscrivant dans une campagne internationale, les 12 jours d’actions se sont déroulés partout au Québec du 25 novembre, Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, jusqu’au  6 décembre, Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes.

Au Québec, un organisme d’intervention comme SOS Violence conjugale reçoit encore plus de 25 000 demandes d’aide par année. Depuis les années 1980, plus de 600 femmes autochtones sont portées disparues et ont été assassinées au Canada et on en parle à peine. Comment pouvons-nous dire que la violence envers les femmes n’est que chimère quand plus de 400 femmes ont été assassinées, et 500 disparues, à Ciudad Juarez au Mexique depuis 1993 ?

 

Le point final de la campagne : la commémoration de la tuerie de Polytechnique le 6 décembre

La Campagne des 12 jours d’actions s’est clôturée avec un rassemblement public, le 6 décembre dernier, devant le Palais de justice de Montréal, afin de commémorer les victimes de la tuerie de Polytechnique de 1989 en dénonçant toutes les formes de violence envers les femmes ainsi que l’impunité favorisée par les structures judiciaires et étatiques qui s’avèrent incapables de garantir la sécurité et le respect de la vie des femmes.

Nous rappelons que, tant qu’il y aura de la violence envers les femmes et que celle-ci sera banalisée et tolérée, notre lutte pour que les femmes vivent en sécurité et en toute dignité se poursuivra!

Visionnez  le discours d’Alexa Conradi

 

Nastasia Deleville

Commentaires

Le commentaires sont fermés.