18 mai 2012
Communiqué de presse

Projet de loi 78 : La FFQ fait appel à la conscience des député.e.s

 

Montréal, le 18 mai 2012 – La Fédération des femmes du Québec en appelle à la conscience démocratique des député.e.s de l’Assemblée nationale et les enjoint à  voter contre le projet de loi 78 déposé hier par le gouvernement libéral.

« Ce projet nie les droits fondamentaux et constitutionnels de toute la population. Nous invitons les député.e.s à placer le droit à la liberté d’expression et le droit d’association des citoyen.ne.s au-dessus de leur  loyauté partisane et de voter contre le projet de loi » d’interpeller la présidente de l’organisme, Alexa Conradi.

Ce projet de loi imposerait des limites sévères au droit d’association et à la liberté d’expression, limites qui n’ont pas de place dans une société démocratique, encadrée  par la Charte des droits et libertés du Québec. Il impose aux organisations de la société civile, telles que la Fédération des femmes du Québec, des règles inacceptables pour la tenue de manifestations et les tient responsables des gestes de tous les participant.e.s. Le projet de loi criminalise aussi la simple participation à une manifestation qui ne respecterait pas les nouvelles règles  Il punit sévèrement les associations étudiantes et les syndicats qui auraient omis d’empêcher leurs membres d’enfreindre la loi. Il confère à la ministre de l’Éducation, des Sports et Loisirs des pouvoirs démesurés et invraisemblables.

« Nous n’avons jamais  vu un projet de loi aussi répressif et autoritaire dans l’histoire récente du Québec. Nous invitons les député.e.s à réfléchir à l’histoire qu’ils et elles veulent léguer au Québec et à refuser de prendre part à cette dérive démocratique » conclut la présidente.

Commentaires

Le commentaires sont fermés.