12 avril 2012
Communiqué de presse

Déportation de Kankou Keita : la Fédédation des femmes du Québec juge la décision d’Immigration Canada prématurée et inhumaine

 

MONTRÉAL, le 11 avril 2012  – La Fédération des Femmes du Québec (FFQ) joint sa voix aux nombreux organismes de la communauté guinéenne qui soutiennent la cause de madame Kankou Keitia, menacée de déportation.

Pour la porte-parole de la FFQ dans ce dossier, Sophie Sénécal, « il est absolument injuste que la famille de Kankou Keita soit déportée vers la Guinée alors que la situation dans ce pays est bien documentée. Il y a absence de mesures de protection pour les femmes, cela a été maintes fois dénoncé ». En effet, un renvoi vers la Guinée exposerait les filles de Madame Keita à différents sévices, tels qu’un mariage forcé et une mutilation complète des organes génitaux.

La FFQ estime que la décision d’Immigration Canada est prématurée et inhumaine, puisque des procédures judiciaires concernant le dossier de madame Keita sont actuellement en cours.

Rappelons qu’en 2009, suite au refus de sa demande d’asile, Madame Keita avait entrepris deux autres procédures, soit l’Examen des risques avant renvoi (ERAR) ainsi qu’une demande de résidence permanente pour motifs d’ordre humanitaire. À sa grande surprise, Madame Keita a appris récemment qu’Immigration Canada n’avait jamais reçu aucune des deux demandes.

Il apparaît que madame Kankou est victime d’une grave erreur administrative et judiciaire. C’est pourquoi la FFQ demande à Immigration Canada de suspendre immédiatement les procédures de déportation, afin d’éviter à Madame Keita et sa famille de vivre dans l’angoisse le temps que la justice suive son cours et afin de permette de faire toute la lumière sur cette histoire.

Renseignements :Sophie Sénécal, 514-876-0166 poste 1503 (bureau) ou 514-717-4847 (cellulaire)

Commentaires

Nous ne publions jamais les adresses courriel.

Veuillez saisir le code de sécurité ci-dessous :