6 mars 2012
Communiqué de presse

Le FÉMINISME en 2012 ? … plus actuel que jamais ! La Fédération des femmes du Québec invite à une réflexion sur l’avenir des femmes

 

Montréal, le mardi 6 mars 2012 – Alors qu’on s’apprête à souligner la Journée internationale des femmes,  le 8 mars prochain, le mouvement des femmes est en plein chantier de réflexion : vingt ans après la création de la Coalition nationale des femmes contre la pauvreté et la marche « Du pain et des roses », les défis qui se posent aux femmes et leur avenir dans notre société sont toujours aussi actuels.

Sous le thème « Le féminisme dans tous ses états », les États généraux de l’analyse et de l’action féministes rassemblent des femmes de tous horizons pour réfléchir sur le mouvement; ses réalisations, les défis auxquels il est confronté et son avenir. « Malgré les avancées du mouvement féministe, en 2012 les femmes font encore face à des enjeux criants. Le réseau des services de garde et la qualité du système d’éducation ont fait que des milliers de femmes ont pu avoir accès au travail, mais trop fréquemment, les emplois à statut précaire, le temps partiel, le “sur appel” et le travail à contrat dominent. L’écart entre les riches et les pauvres se creuse, souvent sur le dos des femmes », explique Alexa Conradi, porte-parole des États généraux et présidente de la Fédération des femmes du Québec.

La retraite en danger

Avec les réformes proposées au système de retraite, les gouvernements s’apprêtent à appauvrir les femmes. Aucune analyse des parcours différents des femmes et des hommes sur le marché du travail ne semble être faite. Fait à souligner, le gouvernement du Québec a mandaté un comité d’experts ne comptant aucune femme pour lui faire des propositions. Pourtant, les enjeux de la retraite sont criants pour les femmes : malgré leur présence importante sur le marché du travail, elles seront plus pauvres que les hommes à leur retraite parce qu’elles accumulent moins. « Encore aujourd’hui,  elles gagnent moins, font des pauses pour effectuer du travail gratuit pour la famille et vivent plus longtemps. Modifier le système de retraite fragilisera la sécurité économique de dizaines de milliers de femmes. En bout de ligne, les femmes vont travailler plus longtemps, pour être plus pauvres et ne pas savoir de combien d’argent elles disposeront à l’heure de la retraite, » ajoute Alexa Conradi.

Le mythe de l’égalité acquise et la montée du conservatisme

Notre société fait face à une montée du conservatisme tant au niveau social que politique. On a fait grand état de la montée des conservatismes religieux. Sur la scène politique, le gouvernement conservateur a mis en place de nombreux changements en peu de temps; qu’on pense notamment à la fermeture de bureaux de Condition féminine Canada, l’annulation du programme pancanadien des services de garde, l’obligation de négocier individuellement le droit à l’équité salariale pour les travailleuses sous juridiction fédérale, l’abolition du registre des armes à feu, l’apparition de projets de loi visant la recriminalisation de l’avortement, la fin de l’aide internationale pour les services d’avortement dans les pays du Sud, la fin du financement de la défense collective des droits des femmes et la fin de la collecte d’information sur le travail gratuit des femmes dans le cadre du recensement. « C’est le retour d’une ère peu connue de la génération actuelle de féministes. Les mouvements rétrogrades comptent sur l’inertie d’une large part de la population, convaincue que l’égalité est acquise, pour changer rapidement les choses », conclut Madame Conradi.

Des rendez-vous féministes

Comment reconnaître nos gains sans masquer les défis d’aujourd’hui ? Comment faire face à des changements politiques très rapides ? Quel avenir bâtir pour les femmes et pour la société ?  Autant de questions autour desquelles les femmes du Québec seront conviées à discuter, au cours des prochains mois, dans le cadre des États généraux de l’analyse et de l’action féministes. Le prochain rendez-vous ?  Une soirée publique qui aura lieu ce soir au théâtre Sainte-Catherine, au 264, rue Sainte-Catherine Est à Montréal à 19 h. Aussi trois capsules  vidéo invitant à la réflexion seront mises en ligne à 13h les 6, 7 et 8 mars. Pour plus d’informations, visitez le site web de la FFQ au www.ffq.qc.ca.

- 30 -

Pour renseignements :

Karen Lafleur / Elaine Mayrand

Massy Forget Langlois relations publiques

Bur : 514 842-2455, poste 21 / 24

Cell : 514 717-2331 / 514 718-2124

klafleur@mflrp.ca / emayrand@mflrp.ca

Commentaires

Nous ne publions jamais les adresses courriel.

Veuillez saisir le code de sécurité ci-dessous :