27 mars 2012

Appel au mouvement féministe! Pour le maintien de l’accessibilité aux études postsecondaires!

 

L’accès aux études pour les filles – de la petite enfance à l’université – a été identifié comme le moyen par excellence de favoriser l’atteinte d’une plus grande égalité entre les femmes et les hommes. Depuis la démocratisation de l’éducation avec le rapport Parent en 1964, les femmes sont entrées massivement à l’université. Cela leur a permis d’avoir un plus grand choix de carrière, d’augmenter leur salaire, de contribuer à façonner les savoirs et à défaire des préjugés, de participer en plus grand nombre aux débats de la sphère publique et d’augmenter leur autonomie économique. C’est la société toute entière qui bénéficie aujourd’hui de la présence d’autant de femmes instruites. Il ne faut surtout pas arrêter maintenant alors que le travail commence à porter fruit.

La hausse de 75% prévue aux frais de scolarité menace ces acquis et pourrait réduire l’accès aux études pour de nombreuses femmes. Pensons à l’étudiant type du réseau des Université du Québec dans les régions est, en fait, une femme, mère et travailleuse étudiante à temps partiel. Pensons aux femmes vivant avec un handicap qui souhaite étudier pour agir comme citoyennes et travailleuses. Pensons aux filles dont les parents n’ont pas de diplôme universitaire. Pensons aux femmes immigrantes qui veulent se requalifier. Pensons aux femmes autochtones dont le taux d’obtention de diplôme est de 9% contre 20% pour la population. Pensons aux filles issues de familles défavorisées. Pensons aux femmes racisées qui font face à un taux de chômage élevé, même chez les diplômées, qui pourraient avoir peur de devoir contracter d’importants prêts pour étudier – sans garantis d’emploi.

Alors que le mouvement étudiant lutte depuis des semaines pour contrer cette hausse, nous sommes convaincues que c’est l’heure pour le mouvement féministe d’ajouter sa voix à ceux et celles qui disent « NON À LA HAUSSE ». Après la mobilisation historique le 22 mars dernier, il est essentiel d’élargir les bases de la mobilisation pour forcer ce gouvernement têtu à plier devant le bon sens. Ainsi, la Fédération des femmes du Québec répond à l’appel du mouvement étudiant et invite ses membres et alliées à se joindre à la lutte dès aujourd’hui.

Concrètement, la FFQ vous invite :

  • à contacter l’association étudiante de votre milieu pour manifester votre appui et de votre volonté de contribuer à la lutte;
  • participer à des mobilisations prochaines (le 2 avril, des grévistes de partout au Québec prendront les rues de Sherbrooke et le 4 avril, la CLASSE appelle à une journée de manifestations régionales coordonnées);
  • participer à l’action de la Coordination du Québec de la Marche mondiale des femmes le 12 avril prochain à Montréal (information à venir).

Les prochaines semaines seront déterminantes pour cette lutte. Surtout ne pas tarder pour participer!

Commentaires

Le commentaires sont fermés.