20 septembre 2011
Communiqué de presse

Le développement des services sages-femmes et la mise en place d’un réseau de maisons de naissance au Québec passe par le partenariat avec les femmes, les familles et les groupes citoyens

 

Les représentantes de la Coalition pour la pratique sage-femme ont fait valoir aujourd’hui devant les membres de la commission de la santé et des services sociaux, lors des Auditions publiques dans le cadre de l’étude des pétitions concernant la pratique sage-femme, la nécessité pour le Québec d’aller de l’avant dans le développement des services et la mise en place d’un réseau de maisons de naissance qui passe par un partenariat avec les femmes, les familles et les groupes citoyens.

Composée de Denise Boucher, de la Confédération des syndicats nationaux, d’Alexa Conradi, de la Fédération des femmes du Québec, de Lysane Grégoire, du Groupe MAMAN et de Lorraine Fontaine, du Regroupement Naissance-Renaissance, la délégation de la Coalition pour la pratique sage-femme a rappelé « qu’il faut assurer à toutes les femmes et aux familles québécoises qui le désirent, la possibilité d’être assistées par une sage-femme, et ce, dans le lieu de leur choix que ce soit au domicile, à la maison de naissance ou à l’hôpital. »

Pour les représentantes de la coalition, il est essentiel que le droit des femmes, reconnu par le ministre de la Santé et des Services sociaux, de choisir d’accoucher à domicile, en maison de naissance ou à l’hôpital soit respecté, que l’on protège l’autonomie de la pratique des sages-femmes, la continuité de leurs soins, la relation égalitaire qu’elles entretiennent avec les femmes et l’ancrage dans la communauté.

Les porte-parole ont également rappelé que le ministre de la Santé et des Services sociaux s’était engagé, le 5 mai 2011, à financer à 100% l’implantation de nouvelles maisons de naissance dans toutes les régions du Québec.

Elles ont recommandé la mise en place d’un comité national pour le développement de la pratique sage-femme et des maisons de naissance reflétant la diversité régionale du Québec et dans lequel les institutions sages-femmes et les groupes citoyens sont représentés. Elles demandent à ce que l’implantation des maisons de naissance se fasse au rythme prévu dans la politique de périnatalité 2008-2018 du gouvernement du Québec en s’assurant du lien avec les groupes citoyens, afin que la maison de naissance reflète les besoins du réseau local de services, mais aussi de la communauté dans laquelle elle s’intègre.

Enfin, les représentantes de la coalition préconisent la tenue d’une vaste campagne de promotion de l’accouchement physiologique et de la pratique sage-femme auprès des intervenants du réseau de la santé, des fonctionnaires de tous les paliers gouvernementaux, des étudiants et futurs professionnels de la santé notamment en médecine et de la population.

«Le réseau québécois des maisons de naissance est une référence d’excellence et de qualité de soin de première ligne, et ce, au Québec comme à l’étranger ». « Il faut donc combattre la méconnaissance tenace par une vaste campagne de promotion », concluent les porte-parole.

La Coalition pour la pratique sage-femmes est composée de :

Afeas (Association féminine d’éducation et d’action sociale)
Association des étudiantes sages-femmes de l’UQTR
Cercle des fermières
Confédération des syndicats nationaux (CSN)
Fédération des femmes du Québec (FFQ)
Fédération du Québec pour le planning des naissances (FQPN)
Fédération québécoise des organismes communautaires famille (FQOCF)
Groupe MAMAN, Mouvement pour l’autonomie dans la maternité et pour l’accouchement naturel
L’R des centres de femmes du Québec
Regroupement Les sages-femmes du Québec (RSFQ)
Regroupement Naissance-Renaissance (RNR)
Réseau des Centres de ressources périnatales du Québec (Réseau des CRP)
Réseau québécois d’action pour la santé des femmes (RQASF)
Seréna Québec

Mots-clés : ,

Commentaires

Nous ne publions jamais les adresses courriel.

Veuillez saisir le code de sécurité ci-dessous :