8 juillet 2011

La FFQ présente à Monde des femmes

 

La FFQ a participé à Monde des femmes, une conférence féministe internationale qui s’est tenue du 3 au 7 juillet dernier, à Ottawa (http://www.mondesdesfemmes.ca/).

C’est dans une ambiance stimulante où se sont rencontrées des milliers de femme des quatre coins du monde que la FFQ a organisé l’atelier « Analyse intersectionnelle : au-delà des mots, comment transformer nos organisations ? ».

Encore aujourd’hui, le fait d’être femme amène à vivre de nombreuses situations d’exclusion et de discrimination. Mais qu’arrive t-il lorsque, en plus d’être femme, une personne est immigrante, lesbienne, vit avec une incapacité, etc. ?

L’analyse intersectionnelle nous enseigne que l’inclusion des femmes de divers horizons implique plus que de les accueillir physiquement dans les organisations féministes. Leurs apports, en termes d’analyses, de stratégies, de visions du monde, doivent être pris en compte pour renouveler et renforcer le mouvement des femmes.

A travers la présentation de la Table des groupes de femmes de Montréal et du projet FemNorthNet (voir les PowerPoint), les participantes ont discuté de pratiques novatrices qui contribuent à concrétiser l’analyse intersectionnelle dans des organisations féministes.

Plus d’une vingtaine de personnes ont assisté à cet atelier. Elles ont témoigné de l’importance d’ancrer l’analyse intersectionnelle dans les organisations féministes autant à travers des changements organisationnels (établir des critères qui permettent un conseil d’administration (CA) reflétant la diversité, adopter des méthodes d’embauches qui favorisent la diversité, etc.) qu’à travers des gestes plus symboliques comme adopter des logos qui illustrent la diversité des femmes.

Lors des échanges, les participantes ont aussi souligné que l’implantation réelle de l’analyse intersectionnelle doit s’effectuer en continu car l’élection d’un nouveau CA, l’embauche de nouvelles personnes ou l’arrivée de nouvelles membres fait partie de la vie de nos organisations. Comme disait une des présentatrices,  l’intersectionnalité, c’est comme la vaisselle : toujours à recommencer !

Pour poursuivre la réflexion, nous mettons en ligne les présentations de Marie Josèphe Pigeon (Table des groups de femmes de Montréal) et de Deborah Stienstra (projet FemNorthNet de l’Institut Canadien de Recherches sur les Femmes).

Voici aussi quelques liens utiles :

L’Institut Canadien de Recherches sur les Femmes (ICREF) et le projet FemNorthNet : http://criaw-icref.ca/fr/node

Une trousse à outil de l’ICREF pour appliquer l’intersectionnalité :http://criaw-icref.ca/sites/criaw/files/Everyone_Belongs_f.pdf

Table des groups de femmes de Montréal : http://www.tgfm.org/

Commentaires

Nous ne publions jamais les adresses courriel.

Veuillez saisir le code de sécurité ci-dessous :