26 janvier 2011
Communiqué de presse

Consultations pré-budgétaires : Des groupes de femmes refusent les reculs découlant des choix budgétaires du gouvernement du Québec

 

MONTRÉAL, le 26 janv. /CNW Telbec/ – La Fédération des femmes du Québec, L’R des centres de femmes du Québec ainsi que la Fédération des associations de familles monoparentales et recomposées du Québec rencontrent ce matin l’adjoint parlementaire au ministre des Finances, M. Emmanuel Dubourg, dans la foulée des consultations pré-budgétaires.

À cette occasion, les groupes de femmes feront la démonstration que le gouvernement du Québec peut effectuer d’autres choix que de privatiser et tarifer davantage les services publics et de sabrer dans les programmes sociaux pour élaborer son budget visant à atteindre le déficit zéro d’ici 2013-14. Ces changements auront un effet néfaste et discriminatoire pour les femmes et contreviennent aux engagements internationaux du Québec à l’égard du droit des femmes à l’égalité.

Autres alternatives fiscales possibles

À l’instar des 140 organisations membres de la Coalition opposée à la tarification et la privatisation des services publics, les groupes de femmes proposent que le gouvernement s’engage dans une refonte du régime fiscal de façon à réduire les iniquités sociales et pour assurer le droit des femmes à l’égalité. D’autres sources de revenus existent pour renflouer les coffres de l’État ; le gouvernement peut explorer des options plus égalitaires – mais il refuse de les considérer. Les groupes de femmes exigent le retrait des mesures introduites dans le budget de l’an dernier, notamment l’accélération de la hausse des frais de scolarité à partir de 2012 ; la hausse des tarifs d’électricité à compter de 2014 ; la contribution santé de 25$ en 2010, 100$ en 2011 et 200$ en 2012, peu importe le revenu des personnes ; et toute compression budgétaire ayant un impact sur la qualité et l’accessibilité des services publics et programmes sociaux.

Investir dans l’égalité économique

Les groupes de femmes proposent également d’investir dans la lutte contre la pauvreté et la justice économique pour les femmes, notamment,

  • en éliminant les catégories à l’aide sociale ;
  • en augmentant le salaire minimum à 11.08 $ de l’heure;
  • en exemptant totalement les pensions alimentaires pour enfants du calcul des prestations prévues pour les familles monoparentales dans toutes les lois sociales ;
  • en augmentant le nombre de places en garderie à tarif réduit ;
  • en amorçant un grand chantier de construction de logements sociaux ;
  • en adoptant une politique en itinérance ;
  • en investissant dans les services publics, l’économie sociale, les coopératives et les organismes communautaires ;
  • en renforçant la mise en application des mesures d’accès à l’égalité en y appliquant une parité femmes/hommes pour les groupes cibles des communautés ethnoculturelles, des minorités visibles et des autochtones et
  • en maintenant la Commission sur l’équité salariale.

Le mémoire est disponible à http://www.ffq.qc.ca/2011/01/memoire-de-la-ffq-deposee-dans-le-cadre/.

Renseignements:Fédération des femmes du Québec, 514-876-0166 poste 1501, cellulaire : 514-717-4847, courriel : info@ffq.qc.ca ; site :www.ffq.qc.ca

Commentaires

Nous ne publions jamais les adresses courriel.

Veuillez saisir le code de sécurité ci-dessous :