9 novembre 2010

L’R et les CENTRES DE FEMMES HAUSSENT LE TON!!!

 

Joignez-vous à nous pour demander au gouvernement Charest le retrait immédiat de la “contribution” santé! Venez soutenir notre action tannante!

RASSEMBLEMENT D’APPUI LUNDI 15 NOVEMBRE À 10h00 en face du bureau de Jean Charest
Au: 770, rue Sherbrooke Ouest (Coin et métro McGill)
Apportez vos couleurs, vos slogans, des instruments pour faire du bruit, pancartes, allouette! et un petit lunch au besoin…

Depuis deux ans, les centres de femmes ont multiplié les démarches auprès du gouvernement pour faire valoir l’importance d’un système de santé public, gratuit et de qualité de même que l’urgence de cesser toute forme de tarification des soins et services de santé.

En effet, sur le terrain, nous constatons que les femmes sont inquiètes. Inquiètes de ne pas pouvoir payer les soins dont elles et leurs proches ont besoin, inquiètes de ne pas pouvoir manger si des médicaments doivent accaparer une partie de leur revenu, inquiètes de ne pas avoir assez de temps ni de santé mentale pour s’occuper de tou.te.s les laissé.e.s pour compte du système de santé et de services sociaux.

Nous avons applaudi la sage décision d’abandonner le ticket modérateur. Cependant, nous restons indignées du maintien de la taxe appelée contribution santé qui, dès le prochain rapport d’impôt, sera de 25$ et qui doit atteindre 200$ par année et par adulte en 2012. Cette mesure est injuste car, même si certaines personnes à très faible revenus en seront exemptées (environ un million de personne), la classe moyenne sera la première à porter le fardeau de cette mesure fiscale régressive. Prenons l’exemple d’une famille composée de deux adultes et deux enfants mineurs qui gagne 30 000$ par année après impôt. Une taxe de 200$ par adulte représente 1,3% de leur revenu annuel. La même taxe ne représente que 0,13% du revenu d’une famille similaire qui gagne 300 000$ par année.

Quel type de gouvernement veut augmenter le fardeau fiscal de la classe moyenne et des plus pauvres des travailleurs et travailleuses? Il est notoire qu’encore en 2010, les femmes ne gagnent en moyenne que 70% du revenu des hommes. C’est-à-dire que nous sommes surreprésentées dans la classe moyenne inférieure. Les femmes ne veulent pas être obligées de s’endetter pour payer des soins de santé médicalement requis. Nous ne voulons pas être appauvries par des politiques fiscales régressives qui protègent les mieux nantis et les entreprises privées.

Les services publics doivent être financés à partir des impôts qui sont payés par tous les contribuables en fonction de leurs revenus.

C’est pourquoi nous haussons le ton, NON à la taxe santé !

Venez appuyer notre action tannante le 15 novembre! – 

 L’R des centres de femmes du Québec est membre de la coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics. Halte à Charest! Halte à la tarification et à la privatisation des services publics!

Commentaires

Le commentaires sont fermés.