23 novembre 2010
Communiqué de presse

Colère contre le budget : blocage de l’édifice d’Hydro-Québec, à Montréal

 

Montréal, le 23 novembre 2010 – La colère contre les mesures injustes du dernier budget du gouvernement Charest montent d’un cran aujourd’hui, alors que plusieurs dizaines de membres de la Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics bloquent toutes les entrées de l’édifice d’Hydro-Québec, au 75, René-Lévesque ouest, à Montréal, avec l’appui d’au moins un millier de personnes. « En bloquant Hydro-Québec, nous démontrons notre volonté de tout mettre en œuvre pour bloquer les mesures injustes du budget, dont la hausse brutale des tarifs d’électricité », explique Marie-Ève Rancourt, porte-parole de la Coalition. D’autres actions directes sont organisées aujourd’hui dans les villes de Québec, Gatineau, Sherbrooke, Longueuil et Rivière-du-Loup.

Mme Rancourt explique ainsi la radicalisation des actions de la Coalition, formée de plus de 120 organisations communautaires, syndicales, étudiantes et féministes: « Depuis la présentation de son budget, le 29 mars, le premier ministre Charest et son gouvernement ont fait la sourde oreille aux protestations de la population. Leur seule concession a été l’abandon du ticket modérateur sur la santé et encore là, ils nous ont avertis qu’ils allaient trouver l’argent ailleurs dans nos poches. Comme le gouvernement ne comprend pas, nous devons monter le ton ».

Outre l’augmentation des tarifs d’électricité, la Coalition s’oppose à la contribution santé annuelle de 200 $ par personne, l’accélération de la hausse des frais de scolarité et la hausse de deux points en deux ans de la Taxe de vente du Québec. La Coalition qualifie ces mesures de « régressives », parce qu’elles toucheront plus durement la classe moyenne et les ménages appauvris que les contribuables riches. Elle en exige donc le retrait, tout comme celui des compressions budgétaires ayant des effets sur la qualité et l’accessibilité des services. Elle met finalement le gouvernement en garde contre toute volonté de privatisation encore plus grande des services publics.

Une autre porte-parole, Régine Laurent, présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ), qualifie de faux l’argument selon lequel le gouvernement n’a pas le choix : « Oui, le gouvernement a le choix. Il a le choix d’aller chercher l’argent où il se trouve, en augmentant l’impôt des contribuables à plus haut revenu et des grandes entreprises. Il a le choix de revoir les privilèges fiscaux dont ils disposent, d’augmenter les redevances des compagnies minières, d’introduire des mesures de contrôle du prix des médicaments. Il a le choix de lutter plus agressivement contre l’évasion fiscale. Il a le choix de revoir son calendrier d’atteinte du déficit zéro ».

La Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics entend intensifier ses pressions d’ici le prochain budget du gouvernement québécois. Une grande manifestation nationale est notamment planifiée pour l’hiver 2011.

- 30 -

Pour plus d’informations
Marie-Ève Rancourt, MÉPACQ (514) 258-0095
François Saillant, FRAPRU (514) 919-2843
Pour Québec : Olivier Grondin, Association des étudiants et étudiantes du Cégep Garneau (418) 561-8013
Pour Sherbrooke : Suzanne Thériault, Solidarité populaire Estrie (819) 570-1158
Pour Gatineau : David Clément, Réseau de vigilance Outaouais (819) 271-9054
Pour Longueuil : Daniel Pellerin, Collectif montérégien de lutte contre la pauvreté (514) 246-5049
Rivière-du-Loup : Philippe Crevier, Fédération de la santé et des services sociaux, CSN (514)713-2737

http://www.nonauxhausses.org/

Commentaires

Le commentaires sont fermés.