13 octobre 2010
Communiqué de presse

Les femmes en ont assez ! Halte à la privatisation et à la tarification des services publics de santé !

 

MONTRÉAL, le 13 oct. /CNW Telbec/ – En cette journée d’action de la Marche mondiale des femmes 2010 consacrée au bien commun et à l’accès aux ressources, 500 Montréalaises et Montréalais manifestent leur opposition à la privatisation et à la tarification du système de santé. Le message est clair : « La santé n’est pas une marchandise, mais un droit et on tient à notre système de santé, sensé être public et accessible ! » d’affirmer une des porte-parole de la Coalition montréalaise de la Marche mondiale des femmes et représentante de la Table régionale des centres de femmes, madame Lyse Cloutier. Les femmes en ont assez et ont exprimé leur colère par différentes actions symboliques : déroulement de bannières géantes, intervention théâtrale, cris du cœur des femmes sur les impacts de la tarification et de la privatisation dans leur vie et dépôt collectif de plaintes de citoyennes et de citoyens sur le système de santé.

 

Les femmes dénoncent les injustices de plus en plus courantes dans le système de santé et rappellent les principes d’universalité et d’accessibilité inscrits dans la loi sur l’assurance maladie du Québec. Les messages, les plaintes formulées et les témoignages des femmes présentes démontrent clairement les impacts concrets de la privatisation chez les femmes. « Je n’ai pas eu accès à des soins de santé normalement couverts par la Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ) et en ce sens, mon expérience est synonyme d’injustice et je porte plainte », témoigne une participante.

Et les femmes sont d’autant plus préoccupées par la privatisation et la tarification parce qu’elles sont les plus touchées. Par leur condition physique (grossesse, accouchement, santé reproductive, etc.), elles sont les principales utilisatrices. Elles sont les principales travailleuses et en plus, quand le système fait défaut, les femmes sont les premières à subir les conséquences, car elles tiennent majoritairement le rôle de proches aidantes. Par ailleurs, la pauvreté se conjugue au féminin. Les femmes ont en moyenne 30 % moins de revenus que les hommes et ce, dans toutes les catégories d’âge. Elles sont parmi les plus démunies financièrement, les femmes autochtones, monoparentales, immigrantes et racisées étant les principales touchées.

Quoique soulagées par l’abandon du gouvernement du ticket modérateur, elles ne sont pas pour autant dupes. Elles affirment que le gouvernement de M. Charest doit faire d’autres choix politiques et trouver l’argent ailleurs que dans leurs poches et cesser de sabrer dans les services publics. Elles réclament l’abandon de la franchise santé, mesure jugée discriminatoire, injuste et injustifiée. D’autres solutions existent : ajouts de paliers d’impôts pour les revenus plus élevés, contrôle du coût des médicaments, lutte à l’évasion fiscale, davantage d’imposition aux banques qui ont fait, en 2008, 12 milliards de profit, etc.

C’en est assez ! M. Charest, notre système de santé n’est pas à vendre ! Les femmes exigent des réponses claires et des engagements concrets démontrant une volonté politique de maintenir notre système de santé en santé ! « Le démantèlement de nos services publics par le recours à la privatisation et la hausse de la tarification doit cesser », affirme madame Anne Pasquier, l’autre porte-parole de la coalition.

La Coalition montréalaise de la Marche mondiale des femmes est l’instance qui coordonne les activités régionales de la Marche mondiale des femmes et rassemble plus de 40 organisations étudiantes, syndicales, féministes, internationales et communautaires.

 

Renseignements:

Source : Coalition montréalaise de la Marche mondiale des femmes
Pour informations :
Lyse Cloutier
Tél. 514 267-4597
Anne Pasquier
Tél. 514 622-9743
Pour les médias anglophones :
Carolle Mathieu
Tél. 438 322-2352

 

Voir des photos de l’action sur notre compte Flickr

Commentaires

Nous ne publions jamais les adresses courriel.

Veuillez saisir le code de sécurité ci-dessous :