7 octobre 2010

Le gouvernement refuse de se prononcer maintenant: c’est insatisfaisant!

 

Rencontrée cet après-midi après une action percutante à l’Assemblée nationale, la ministre à la condition féminine a refusée de répondre au mouvement des femmes en marche depuis le 7 mars dernier. Le gouvernement nous demande d’attendre et de nous contenter de la Commission parlementaire sur le plan d’action pour l’égalité. Or nous sommes tannées d’attendre! Et les revendications de la Marche sont d’un ordre autre que la portée plus administrative du plan d’action gouvernemental. Nous sommes donc insatisfaites de cette réponse “polie” qui n’est qu’une façon pas très créative de gagner du temps. Ça fait plus de 10 ans que le mouvement incontournable de la Marche mondiale des femmes n’a pas obtenu de réponses satisfaisantes, nous n’en resterons pas là! Dès mardi prochain, des femmes de toutes les régions se lèveront et marcheront dans les plates-bandes des députéEs de tout le Québec! Écoutez ce qu’elles auront à dire et préparez-vous à nous répondre de façon satisfaisante! Let’s go girls!

Commentaires

3 commentaires sur “Le gouvernement refuse de se prononcer maintenant: c’est insatisfaisant!”

  • bob dit :

    quelles sot les revedicatios de la marche, j`ai beau lire plusieurs de vos commetaires sur le blogue, je ne vois pas.

    bob

  • Dany dit :

    Je trouve honteux que l’on fasse référence à l’égalité des femmes en relief avec la guerre en afghanistan. Sachez-le des femmes se battent là-bas aussi. De fiers militaires côte à côte travail a libérer la femme de la burka, de l’interdiction d’aller à l’école et autre oppression sous les talibans. Je trouve honteux que vous vous opposiez à ce qu’on sauve et aide d’autres femmes que les nôtres. Petite vision mercantiliste de votre part afin d’avoir de l’attention du publique. Je suis un homme et j’ai toujours soutenu la marche des femmes, l’égalité dans l’emploi et l’équité salariale. Mais cette fois-ci moi, mon épouse et notre comité de la condition féminine se pose la question, savez-vous encore de ce que vous parlez?… En espérant une correction de tir avant que cela ne soit trop tard…

  • Lise Roy dit :

    Moi ce que je déplore c’est de ne pas avoir d’échos à nos revendications, en l’occurence de la part de la ministre de la condition féminine. En 1995, lors de la Marche du Pain et des roses, la ministre d’alors avait une écoute ainsi que le parti au pouvoir. Nous nA’vons pas tout gagné mais u moins nous avons réussi à établir un dialogue. Avec le gouvernemetn actuel, c’est un peu comme si nous parlions des langages tellement différents qu’on arrive pas à faire entendre nos messages qu’ils concernent par exemple la pauvreté ou la violence faite aux femmes. Un bon exemple est l’attitude de la ministre qui condamne la fédération pour les capsules dénonçant le gouvernement fédéral sur la guerre en Afghanistan est un bon exemple qui démontre que madame St-Pierre ne voit que le premier degré,l’image que projettent les médias, plutôt que d’analyser le problème avec une vision féministe. Encore une preuve qu’il ne suffit pas d’être une femmes à la tête d’un ministère pour réellement comprendre la situation des femmes dans notre société et écouter leurs revendications.