13 octobre 2010

Le gouvernement bloque l’égalité, nous bloquons la rue !

 

Aujourd’hui j’étais à Sherbrooke pour une action éclair au sujet de la défense des services publics, accessible et gratuits. L’action suit les marches d’hier où dans les six MRC de l’Estrie environ 1000 personnes ont pris la rue pour appuyer les revendications de la Marche, particulièrement celles touchant la lutte contre la pauvreté. C’est donc avec une gang fière et gonflée à bloc que nous avons bloqué temporairement les routes du centre-ville de Sherbrooke. Pourquoi bloquer le trafic ne serait-ce que quelques minutes? Devant le blocage du gouvernement qui s’entête à ne pas répondre à la Marche mondiale des femmes, ni reconnaître comment la privatisation et la tarification des services publics nuit au droit des femmes à l’égalité. À trois reprises aujourd’hui, des jeunes et des moins jeunes, des femmes et des hommes ont bloqué la circulation pour protester contre l’indifférence du gouvernement à nos demandes.

Partout au Québec, il y a une escalade des moyens de pression utilisés par les mouvements sociaux et le mouvement des femmes donne le ton en ce moment. Nous sommes engagées dans une véritable lutte contre des reculs. Nous voulons maintenir l’accessibilité de la santé et de l’éducation, qui est au cœur de la lutte des femmes pour l’égalité. Le gouvernement agit en hypocrite en se targuer d’être pour l’égalité alors qu’il détruit ce qui nous est le plus cher. À quand une ministre de la Condition féminine qui défend avec conviction le droit des femmes à l’égalité? Pour le moment, on ne la trouve pas.

Pour un gouvernement si impopulaire, si associé aux scandales de corruption, il est surprenant de le voir agir avec autant d’arrogance. Pour qui se prend-t-il ? On aurait pu penser qu’un gouvernement dans une telle position soit ouvert à toutes les bonnes idées. Mais, ce serait oublier son orientation très néolibérale voire même patronale. Ce gouvernement cherche à remplacer l’État providence par Maman Providence, en bénéficiant du labeur gratuit des femmes auprès de leurs proches. Le recul alors est l’effet sur notre autonomie financière, sur notre santé et sur notre participation dans l’espace public. On dit que la MMF est trop à gauche.  Je leur réponds que la droite au pouvoir a rarement aidé les femmes. 

Nous n’avons pas dit notre dernier mot. Surveillez les autres actions de la Marche mondiale des femmes cette semaine.

Mots-clés :
Luttes : Marche mondiale des femmes

Commentaires

Nous ne publions jamais les adresses courriel.

Veuillez saisir le code de sécurité ci-dessous :