12 octobre 2010
Communiqué de presse

Lancement de la Marche à Québec

 

En 2010, ça va MARCHER ! – Les femmes RIPOSTENT !

QUÉBEC, le 12 oct. /CNW Telbec/ – Dans le cadre de la semaine d’actions nationales de la Marche mondiale des femmes du 12 au 16 octobre, de nombreuses citoyennes et citoyens vont marcher dans les rues de Québec pour faire entendre les revendications du mouvement des femmes. La Coalition régionale de la Marche invite la population à se joindre aux milliers de femmes mobilisées dans le monde entier pour dénoncer les injustices et les attaques à leurs droits.

Les femmes du Québec envahissent la rue

Du 12 au 16 octobre, les Québécoises porteront des revendications regroupées en 5 thèmes. Le 12 octobre est consacré à l’autonomie économique des femmes, le 13 octobre à la défense du bien commun et à l’accès aux ressources, le 14 octobre à l’éradication de la violence envers les femmes, le 15 octobre à la paix et la démilitarisation et le 16 octobre aux droits des femmes autochtones.

12 octobre : ASSEZ d’appauvrir les plus pauvres !

« Les personnes assistées sociales et les travailleuses au salaire minimum en ont assez de ne pas en avoir assez ! Les unes ont faim et les autres demeurent dans la pauvreté même en travaillant à temps plein. C’est alarmant!» Lina Roy, porte-parole. Nous exigeons donc une hausse du salaire minimum à 10,69$ de l’heure pour qu’une femme seule qui travaille à 40h par semaine puisse sortir de la pauvreté. De plus, nous revendiquons la fin des catégories à l’aide sociale qui perpétuent les préjugés à l’égard des personnes en les qualifiant de « méritantes » et de « non méritantes » et qui servent à justifier le maintien de certaines personnes dans une grande pauvreté.

Activités

14h :  Rassemblement pour femmes et enfants au théâtre Périscope (939 rue de Salaberry).
Formation sur place et service d’une soupe SOLIDAIRE gratuite.
19h : Marche mixte du parc Lockwell, à côté du Périscope, jusqu’au parc de l’Amérique française, en
face du ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale.

13 octobre : ASSEZ des coupures et de la privatisation !

14 octobre : ASSEZ  de la marchandisation et du contrôle du corps des femmes !
Avec la marchandisation grandissante du corps des femmes, nous exigeons du gouvernement du Québec qu’il légifère sur les publicités sexistes et qu’il mette en place dans les écoles, des cours d’éducation à la sexualité promouvant des rapports égalitaires dans une perspective non sexiste et non hétérosexiste. Devant les tentatives de la droite religieuse et politique de contrôler nos corps et de réduire notre liberté, nous revendiquons que le gouvernement du Canada garantisse le droit inaliénable des femmes de décider d’avoir ou non des enfants, ce qui implique le maintien et la consolidation des services d’avortement gratuits offerts partout au pays.

Activités :

10h30 : Rassemblement en face de la Gare du Palais, dans le stationnement, près de la fontaine.
Activité sur la marchandisation du corps des femmes. Mixte.
11h00 : Départ de la marche vers le parvis de l’église St-Roch pour une activité sur le libre choix.
Mixte.
De 18h à 20h : Activité sur les publicités sexistes au bar coop L’AgitéE au 251, rue Dorchester. Un
breuvage est offert. Non mixte. 

15 octobre : ASSEZ
Nous voulons dénoncer la militarisation de notre société; d’une part, en revendiquant le retrait immédiat des troupes canadiennes en Afghanistan par le gouvernement du Canada et, d’autre part, en appelant le gouvernement québécois à interdire le recrutement militaire dans les établissements scolaires.

« Ce ne sont ni les missiles, ni les bombes, ni les chars d’assaut, ni les emplois militaires, ni tout le reste de leur machine de mort qui donneront aux peuples du monde les services sociaux, les garderies, logements, emplois décents et utiles, des conditions de vie et de travail pour lesquels nous nous battons depuis longtemps. » (Collectif féministe anti-militariste de Québec, 1984)

Activité :
17h  Rassemblement en bordure du Parc Georges V en face du  Manège militaire (mixte)
18h  Marche  autour du parc avec arrêts (mixte)

16 octobre : ASSEZ du mépris envers les peuples autochtones
Le processus menant à l’adoption de la Déclaration des droits des peuples autochtones à l’Assemblée générale de l’ONU affirme clairement que les peuples autochtones ne peuvent être privés arbitrairement du droit à l’autodétermination, reconnu en droit international comme un droit universel de tous les peuples. La Déclaration affirme également divers droits tant collectifs qu’individuels concernant notamment les terres, territoires et ressources, qui sont essentiels à l’identité culturelle des peuples autochtones et l’exercice de leurs droits fondamentaux de la personne. La Déclaration affirme le droit à l’égalité et à la non-discrimination et demande aux États d’instaurer des mesures pour veiller à ce que les femmes et les enfants autochtones soient pleinement protégés contre toutes formes de violence. Rappelons que seulement deux pays membres de l’ONU refusent toujours de la signer, les États-Unis et le Canada. Le gouvernement canadien se dit prêt à signer la Déclaration mais dans les limites de la Constitution et des lois nationales. Comme beaucoup de ces lois, dont la Loi sur les Indiens, vont à l’encontre de plusieurs articles de la Déclaration des droits des peuples autochtones, il serait donc impossible de la mettre en application. C’est pourquoi nous revendiquons sa signature sans réserve.

Activités :
10h à 12h : Rassemblement au 175 rue de L’Espinay, dans le stationnement du Parc Cartier-Brébeuf  Il y aura une courte marche animée aux tambours, et une présentation théâtrale suivra pour revisiter l’histoire des premiers contacts jusqu’à aujourd’hui, et discuter avec le premier ministre du Canada, M. Stephen Harper de notre revendication.

Tant que toutes les femmes ne seront pas libres, nous serons en marche! 
Ces marches s’insèrent dans un mouvement mondial qui a débuté le 8 mars 2010 et qui se clôturera le 17 octobre 2010, Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté. Comme en 2000 et en 2005, les 5 continents ont répondu à l’appel de la Marche mondiale des femmes et cette année, 164 pays s’engagent sous la bannière « Tant que toutes les femmes ne seront pas libres, nous serons en marche! ».

Au Québec, le 17 octobre, en solidarité avec le rassemblement mondial de la Marche dans la République démocratique du Congo, nous nous donnons rendez-vous à Rimouski pour dénoncer les violences dont sont victimes les femmes dans les pays en guerre.

Fondée en 1994, la Coalition régionale de la Marche mondiale des femmes a pour mission d’organiser les activités entourant la Journée internationale des femmes (8 mars) et la Marche mondiale des femmes. Elle allie des femmes, des groupes et des comités de condition féminine de syndicats de la région de Québec.

 

Renseignements:Emilia Castro au 418 573-0079
Jacinthe Montplaisir au 418 208-1913

Commentaires

Le commentaires sont fermés.