13 octobre 2010
Communiqué de presse

« Arrêt obligatoire » pour favoriser l’accès aux ressources et au bien commun

 

Sherbrooke, 13 octobre 2010 – Dans le cadre des journées d’actions de la Marche mondiale des femmes (MMF), des féministes de partout au Québec se mobilisent et organisent des actions. En Estrie, le comité des actions régionales déploie des moyens saisissants pour faire connaître une des revendications de la MMF. 

En effet, à l’occasion de cette journée orientée vers le bien commun et l’accès aux ressources, plusieurs femmes de partout en Estrie ont participé à une manifestation silencieuse. Ces femmes revendiquent la fin de la privatisation des services publics et du bien commun (santé, éducation, eau, énergie éolienne) en même temps qu’elles s’opposent à toute augmentation des tarifs de ces services. Une brève mise en scène a servi à bloquer quatre intersections routières, et ce, à différents moment de la journée : 7h45, près de l’Université de Sherbrooke et 8h00, près du Cégep de Sherbrooke, pour revendiquer le droit à l’éducation; 12h00, rues Jacques-Cartier/King Ouest, pour revendiquer le droit à un environnement sain; 16h45, rues Belvédère/Portland/Queen Victoria/Montréal, pour revendiquer le droit à la santé. Les manifestantes portaient sur leurs imperméables jaunes et leurs parapluies noirs des mots en lien avec la revendication du jour. 

« Avec le gouvernement de Charest, nos services publics se dégradent : leur accessibilité, leur gratuité et leur qualité sont constamment menacées » déclare Viviane Doré-Nadeau, porte-parole de la MMF en Estrie. « Ce virage accéléré vers la droite a aussi pour conséquence la précarisation et la détérioration des conditions de travail, particulièrement pour les femmes » ajoute-t-elle. Mais comme l’a mentionné lundi dernier la ministre de la Condition féminine, madame Christine St-Pierre, empêcher à tout prix la privatisation dans les services publics, ne sont pas dans la “ligne de pensée” du gouvernement. Madame Alexa Conradi, présidente de la Fédération des femmes du Québec, présente à la manifestation du midi, s’insurge devant cette réponse de la ministre : « Les politiques de privatisation conduisent inévitablement à un déséquilibre dans le partage des richesses. Elles touchent durement les personnes les plus pauvres de la société. Or, les femmes sont globalement plus pauvres que les hommes parce qu’elles ont des salaires plus bas, qu’elles ont moins accès à l’emploi et à la syndicalisation et qu’elles ont moins de sources de revenus. » 

« En ce 13 octobre, 2e journée de la MMF au Québec, dans plusieurs régions du Québec ont lieu différentes actions organisées par des féministes. Malgré une égalité de droit, les femmes n’ont toujours pas acquis l’égalité dans les faits. Les luttes féministes au Canada sont toujours d’actualité », ajoute Viviane Doré-Nadeau, aussi directrice de la table de concertation régionale des groupes de femmes, ConcertAction Femmes Estrie. 

- 30 - 

Source :

ConcertAction Femmes Estrie 

Pour information :

Téléphone : 819 563-1987

ConcertAction Femmes Estrie

info@femmesenestrie.qc.ca

www.femmesenestrie.qc.ca

 L’action d’aujourd’hui est le résultat de la mobilisation des organisations faisant partie du Comité des actions régionales :  

ConcertAction Femmes Estrie (CAFE)

Association étudiante du Cégep de Sherbrooke (AECS)

Comité Femmes de la Centrale syndicale démocratique (CSD)

SOS Grossesse

Table d’action contre l’appauvrissement de l’Estrie (TACAE)

Syndicat de l’enseignement de l’Estrie (SEE)

Association des retraité-es de l’enseignement du Québec (AREQ)

Syndicat des professionnelles en soin de l’Estrie (SPSE-FIQ)

Centre de santé des femmes de l’Estrie (CSFE)

Comité Femmes de la Centrale syndicale nationale (CSN)

Solidarité populaire Estrie (SPE)

Commentaires

Nous ne publions jamais les adresses courriel.

Veuillez saisir le code de sécurité ci-dessous :