15 octobre 2010
Communiqué de presse

Si la ministre représente toutes les femmes, elle se doit de répondre à la Marche mondiale des femmes

 

Montréal, 15 octobre – La Marche mondiale des femmes (MMF) étudie présentement les réponses et arguments de la ministre St-Pierre sur les différentes demandes qu’elle lui a présenté. Une réponse plus détaillée de la MMF suivra après analyse approfondie, mais à première vue, les réponses de la Ministre sont du réchauffé de mesures déjà existantes.

« Nous ne lui avons pas demandé de faire un bilan des trois dernières années d’action du gouvernement en matière d’égalité, mais bien de faire preuve d’ouverture et bonne foi face aux propositions présentées par la Marche mondiale des femmes. À voir l’improvisation avec laquelle la Ministre a abordé la Marche cette semaine, nous restons avec l’impression qu’elle n’a jamais étudié nos demandes avec sérieux. C’est carrément insultant pour les milliers de militantes de la Marche », déclare Alexa Conradi, présidente de la Fédération des femmes du Québec et porte-parole de la Marche mondiale des femmes.

La Ministre doit défendre le droit des femmes à l’égalité et cela implique qu’elle soit plus critique face à son propre gouvernement, ce qu’elle n’est pas prête à faire. Puisque nous ne pouvons pas compter sur la Ministre pour défendre nos dossiers, la Marche mondiale des femmes s’inspirera pour la suite des choses des propos de Micheline Dumont, historienne réputée du mouvement des femmes au Québec : « Chaque fois qu’il y a eu des gains, c’est grâce au féminisme radical. Ce n’est pas étant gentil qu’on obtient ce qu’on veut ».

« La Marche salue tout de même l’ouverture du gouvernement qui souhaite réintroduire un programme d’éducation sexuelle obligatoire pour les enfants du primaire et du secondaire, et ce à la demande de la Marche mondiale des femmes et nous participerons aux démarches faites en ce sens », ajoute-t-elle.

Des milliers de femmes et hommes marchent depuis 4 jours. 300 actions ont eu lieu partout au Québec. Des milliers de personnes se rassembleront à Rimouski le 17 octobre. « La fin de la semaine d’actions de la Marche mondiale des femmes n’est pas la fin de la lutte. On voit bien avec ce gouvernement que celle-ci doit se poursuivre et le gouvernement devra répondre de ses actes dans les prochains mois », lance Mme Conradi.

– 30 –

Renseignements : Charlotte Dussault, responsable des communications pour la Marche mondiale des femmes, Fédération des femmes du Québec, cellulaire : 514-585-3879, courriel : cdussault@ffq.qc.ca ; site : www.ffq.qc.ca

Commentaires

Nous ne publions jamais les adresses courriel.

Veuillez saisir le code de sécurité ci-dessous :