13 septembre 2010

Les inégalités entre les femmes et les hommes à la retraite n’ont pas de frontières

 

Les pouvoirs publics en France sont complètement indifférents aux inégalités de revenus entre les femmes et les hommes à la retraite, dénonce l’Assemblée des femmes de l’Observatoire de la parité du Languedoc Roussillon dans un communiqué rendu public le 7 septembre, à l’occasion des manifestations qui se sont déroulées partout en France voulant faire échec au projet gouvernemental de réforme des retraites.

Ainsi, en 2004, les revenus de retraite des femmes représentaient 62% des revenus des hommes (il s’agit du  même pourcentage qu’au Québec en 2006). Bien plus, nous apprenons, selon ce même communiqué, qu’en 2008, les avantages  acquis par les femmes ne représentaient encore que 58 % de ceux des hommes (soit une retraite moyenne  de 825 euros mensuels contre 1426 euros pour les hommes).

Les chiffres révèlent aussi que seulement  44% des femmes ont effectué une carrière complète contre 86% des hommes et mettent en exergue la pauvreté des plus âgées : les  femmes représentent 57% de l’ensemble des personnes qui ont le montant minimum des prestations de vieillesse. Chez-nous aussi on constate que les femmes âgées de 65 ans et plus sont plus pauvres que les hommes et ce fait est encore plus marqué chez les femmes de 50 à 65 ans.

La surreprésentation des femmes comme travailleuses à temps partiel (82%  des femmes sont des « travailleurs » à temps partiel) a un impact évident sur le calcul de leur pension  de retraite et met en évidence, comme le dit le communiqué, que « l’égalité professionnelle est en panne ».

Nous ne pouvons que manifester notre solidarité à nos consoeurs françaises.

Gisèle Bourret

Commentaires

Le commentaires sont fermés.