22 juin 2010
Communiqué de presse

Les principaux groupes de femmes et de défense des droits reproductifs exhortent le premier ministre canadien et les dirigeants du G8 à traiter des services de planification des naissances et d’avortement lors du sommet.

 

Ottawa, 22 juin 2010 – Au cours des derniers mois, cinq organismes de défense de droits ont enjoint le premier ministre Stephen Harper de traiter des services de planning des naissances et d’avortement dans le plan du G8 en faveur de la santé maternelle et infantile. Ces organismes ont maintenant l’appui de :

  • plus d’une centaine d’organismes internationaux de pays membres et non membres du G8;
  • cinq anciens directeurs de l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID);
  • d’un ancien premier ministre du Japon;
  • de parlementaires de 18 pays différents;
  • d’organisations issues de la société civile comme Save the Children Allemagne, Amnistie internationale, Vision mondiale Allemagne et OXFAM France.    

La National Abortion Federation Canada, Action Canada pour la population et de développement (ACPD), la Coalition spéciale pour l’égalité des femmes et les droits de la personne, la Fédération du Québec pour le planning des naissances (FQPN) et l’Alliance féministe pour l’action internationale (AFAI) ont encore interpellé aujourd’hui le premier ministre Stephen Harper et les dirigeants du G8 afin que ces derniers incluent les services de planification des naissances et d’avortement dans le plan du G8 concernant la santé maternelle et infantile.  

Les groupes ont rappelé au premier ministre Harper les innombrables preuves scientifiques à l’effet que l’accès à des services d’avortement légaux et sécuritaires contribue à la santé des femmes et permet de sauver des vies. Les avortements non sécuritaires demeurent l’une des principales causes de mortalité maternelle dans les pays en développement. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), près de 70 000 femmes meurent chaque année des suites d’avortement non sécuritaire et des millions d’autres en gardent des séquelles, souvent permanentes.     

L’an dernier, au sommet du G8 en Italie, les chefs de gouvernements ont convenu que la santé maternelle et infantile était l’un des problèmes de santé les plus urgents du monde. Ils se sont engagés à « accélérer les progrès… en matière de santé maternelle, notamment par des soins de santé sexuelle et génésique et des services de planification familiale volontaire ». 

Il est impératif que les travaux du G8 au Canada poursuivent dans cette voie, au lieu de revenir sur des engagements précédents.   

Les groupes ont remis des lettres d’appui au premier ministre Harper aujourd’hui.  

- 30 -

Renseignements :

Melissa Fowler; National Abortion Federation Canada; cellulaire : 202-595-4395;

mfowler@prochoice.org

Commentaires

Le commentaires sont fermés.