5 mai 2010

Le registre des armes à feu doit être maintenu : il contribue à réduire les violences faites aux femmes!

 

Mémoire déposé par la Fédération des femmes du Québec et la Fédération de ressources d’hébergement pour femmes violentées et en difficulté du Québec devant le Comité permanent de la sécurité publique et nationale à propos du projet de loi C-391, Loi modifiant le Code criminel et la Loi sur les armes à feu (abrogation du registre des armes d’épaule).

Extrait des recommandations

Les signataires de ce mémoire estiment que même s’il ne s’agit pas d’une panacée, le registre est un outil important contre la violence faite aux femmes. Les policiers peuvent en tirer profit pour protéger les femmes aux prises avec des problèmes de violence conjugale. Savoir qui possède des armes à feu, peut donc guider les policiers et les aider à mettre en œuvre des mécanismes de protection appropriés. Dans une optique de prévention de la violence armée, il serait contreproductif d’éliminer de telles mesures.

En améliorant les processus d’inspection des demandes et en rendant l’enregistrement obligatoire, la Loi sur les armes à feu de 1995 a été conçue, entre autres choses, pour réduire les risques que des conjoints abusifs aient accès à des armes à feu. La Loi permet également de retirer toutes les armes lorsque des situations à risque sont identifiées.

La Fédération des femmes du Québec et la Fédération  de ressources d’hébergement pour femmes violentées et en difficulté du Québec réitèrent leurs positions sur la question du contrôle des armes et demandent au Comité permanent de la sécurité publique et nationale d’écouter l’opinion de la majorité de la population canadienne qui souhaite le maintien du registre des armes à feu.  Le projet de loi C-391 n’a pas lieu de devenir loi dans une société qui met tout en œuvre pour protéger les femmes et leurs enfants vivant dans un contexte de violence conjugale.

En terminant, nous unissons nos voix pour vous rappeler l’importance que joue le système de contrôle des armes actuel dans notre capacité à aider les personnes victimes de violence conjugale. Nous vous demandons de rejeter ce projet de loi au nom notamment des conséquences dangereuses qu’il aurait sur la sécurité du public et, tout particulièrement, sur la sécurité des femmes.

 Mettre fin à la violence faites aux femmes et prévenir les tragédies exige des gestes concrets. Voter contre le projet de loi C-391, c’est contribuer à la sécurité des femmes et des enfants.


Mots-clés :
Luttes : Violence

Commentaires

Un commentaire sur “Le registre des armes à feu doit être maintenu : il contribue à réduire les violences faites aux femmes!”

  • [...] La Fédération des femmes du Québec et la Fédération de ressources d’hébergement pour femmes violentées et en difficulté du Québec ont déposé un mémoire devant le Comité permanent de la sécurité publique et nationale à propos du projet de loi C-391, Loi modifiant le Code criminel et la Loi sur les armes à feu (abrogation du registre des armes d’épaule). Cliquez ici pour lire le mémoire [...]

Nous ne publions jamais les adresses courriel.

Veuillez saisir le code de sécurité ci-dessous :