7 octobre 2009
Communiqué de presse

Projet de loi 16: la FFQ et le CIAFT veulent des modifications pour les femmes immigrantes

 
Montréal, le 7 octobre 2009La Fédération des femmes du Québec (FFQ) et le Conseil d’intervention pour l’accès des femmes au travail (CIAFT) saluent la visée du projet de loi 16 qui veut favoriser l’action de l’administration publique à l’égard de la diversité culturelle. Cependant, les deux groupes estiment que ce projet de loi doit être modifié afin d’y inclure une approche spécifique selon les sexes, telle que stipulée par les valeurs d’égalité auxquelles le gouvernement adhère. “Force est de constater que les femmes immigrantes et racisées connaissent des obstacles en emploi qui sont différents de ceux que rencontrent les hommes. La loi et la politique doivent en tenir compte”, déclare Mme Alexa Conradi, présidente de la FFQ.

Par ailleurs, les programmes d’accès à l’égalité qui visent l’embauche de personnes issues de la diversité existent depuis de nombreuses années sans être adéquatement appliqués. “Lorsqu’ils sont mis en place, on ne s’assure pas que les femmes des communautés culturelles en bénéficient au même titre que les hommes des communautés culturelles. Malheureusement, le projet de loi 16 n’annonce aucun changement”, dit Nathalie Goulet, directrice du CIAFT.

Notons toutefois que l’obstacle principal à l’intégration des femmes immigrantes à la société québécoise demeure la non-reconnaissance des diplômes et des acquis. “Si le gouvernement voulait s’attaquer pleinement à la problématique de l’intégration des femmes immigrantes, il modifierait les lois encadrant les ordres professionnels afin de les contraindre à entreprendre une démarche ouverte et proactive de reconnaissance des diplômes et des acquis”, d’ajouter Mme Conradi.

La FFQ et le CIAFT demandent au gouvernement d’organiser, dans un autre cadre que le projet de loi 16, une consultation large et publique sur la laïcité de l’État. La laïcité est l’affaire de toute la société québécoise.

Renseignements: Stéfany Ranger, LCOM Communication, (514) 393-3178, 1-877-393-3178, cell. (514) 679-7583; Source: La Fédération des femmes du Québec (FFQ) et le Conseil d’intervention pour l’accès des femmes au travail (CIAFT), appuyés par l’Afeas (Association féminine d’éducation et d’action sociale), le Centre de documentation sur l’éducation des adultes et la condition féminine (CDEACF), la Fédération des ressources d’hébergement pour femmes violentées et en difficulté du Québec (FRHFVDQ), L’R des centres de femmes du Québec, le Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale, le Regroupement Naissance-Renaissance, Relais-femmes, le Réseau québécois d’action pour la santé des femmes (RQASF).

Commentaires

Le commentaires sont fermés.