10 octobre 2009

Assemblée générale annuelle 2009

 

Une assemblée générale pas comme les autres !

UNE RÉPONSE FÉMINISTE À LA CRISE

L’assemblée générale annuelle a débuté par une conférence sur la crise économique mondiale, avec un panel et des discussions en plénière. Elizabeth Cobbett (doctorante en économie politique internationale à l’Université Carleton) a présenté le contexte international de la crise financière tandis que Gisèle Bourret et Ana Maria Seghezzo D’Urbano (toutes les deux militantes au Comité femmes et mondialisation) ont parlé respectivement de l’impact de la crise sur les femmes et de l’économie féministe.

Les membres du Comité femmes et mondialisation ont écrit un texte d’analyse fort intéressant sur les réponses féministes à la crise « Solidaires dans nos luttes, plus que jamais ! Une réponse féministe à la crise économique ».

Consultez tous les textes de la conférence

Autonomie économique des femmes

Le colloque s’est poursuivi avec des ateliers sur l’autonomie économique des femmes. Les membres ont pu faire le point sur l’action de la FFQ sur ce sujet, avec des regards particuliers sur l’autonomie économique des jeunes femmes, des femmes immigrantes et racisées et des femmes aînées.

NOS PRIORITÉS D’ACTION POUR 2009-2010

Les grandes priorités pour la FFQ en 2009-2010 sont la coordination des actions de la Marche mondiale des femmes 2010 et la poursuite des actions pour accroître l’autonomie économique des femmes. L’année s’annonce chargée d’actions autour des quatre grands axes de travail de la FFQ, soit la lutte contre la pauvreté des femmes, les différentes formes de violence envers les femmes, les discriminations et la mondialisation néolibérale et patriarcale.

Parmi les nouveautés adoptées lors de l’assemblée générale, notez la mise sur pied d’un comité de travail qui poursuivra la réflexion afin de contribuer au débat public sur la laïcité et d’inciter l’État québécois à définir les grandes orientations du modèle québécois de laïcité ainsi que les principes de la neutralité de l’État et de ses institutions, au moyen d’une charte, d’une loi ou autrement. Suite à ses travaux le comité produira un outil d’éducation populaire à l’intention des membres de la FFQ.

De plus, nous avons précisé notre rôle de soutien face au mouvement RebELLEs et confirmé l’importance de mobiliser des jeunes féministes pour les actions de la Marche mondiale des femmes en 2010. Aussi, nous avons affirmé notre volonté de contribuer aux travaux du comité formé pour répondre aux attaques d’anti-féministes, notamment à l’élaboration du plan de lutte à l’intimidation.

Nous avons également affirmé l’importance de lutter pour la reconnaissance des droits des femmes handicapées, lutte qui dépasse les frontières du Québec et du Canada. La transversalité des enjeux liés aux discriminations vécues par une diversité de femmes continuera à être partie intégrante des prises de positions publiques de la FFQ.

La FFQ a aussi donné son appui au Mouvement démocratie nouvelle concernant la réforme du mode de scrutin et joindra également sa voix aux groupes qui luttent contre la loi C-422 qui qui propose des modifications à la Loi sur le divorce et qui vise à instaurer un régime automatique de garde partagée.

Rapport d’activité et recommandations 2008-2009

ÉLECTION À LA PRÉSIDENCE

Au terme d’une course à la présidence, les trois candidates, Alexa Conradi, Sylvie Lévesque et Anne Pasquier ont participé à un débat d’idées animé par Françoise Guénette.

C’est au lendemain de ce débat que les membres de la FFQ ont élu une nouvelle présidente, Alexa Conradi. « En tant que présidente de la FFQ, je compte m’investir avec le mouvement des femmes à faire la démonstration de la pertinence du féminisme encore aujourd’hui.

C’est avec une volonté ferme que nous allons faire échec au discours qui laisse croire que l’égalité est atteinte. » Femme d’action et d’idées, Alexa milite activement, depuis plus de quinze ans, pour un monde juste et égalitaire. Son engagement s’est concrétisé au sein de la FFQ comme coordonnatrice de la Marche mondiale des femmes au Québec, en 2000, dans des centres de femmes et au sein de diverses coalitions. Elle se démarque par son esprit rassembleur et sa vision globale des enjeux féministes.

Merci à toutes les candidates pour cette très belle course à la présidence qui a marqué l’histoire de la FFQ.

Un nouveau c.a. pour 2009-2010

Rangée du haut (de gauche à droite) : Régine Allende Tshombokongo,

Ghislaine Vézina, Martine Eloy, Lorraine Leduc, Danielle Casara, Josiane

Oscar, Lise St-Jean, Louise Riendeau.

Rangée du bas (de gauche à droite) : Alexandra Pierre, Angela Hernandez,

Khadija El-Bouhali, Alexa Conradi, Caroline Senneville, Micheline Bourassa,

Chantal Gagnon.

Absentes de la photo : Julie Leclerc et Wassyla Hadjabi

PRIX IDOLA SAINT-JEAN 2009

Cette année, le Prix Idola Saint-Jean a été décerné à L’R des centres de femmes du Québec. La FFQ salue le travail exceptionnel réalisé par L’R des centres de femmes dans les luttes féministes. L’R des centres de femmes du Québec est un regroupement qui réunit 102 centres de femmes dans 15 régions et localités de la province. Depuis 25 ans, l’organisme contribue à l’avancement du féminisme, à l’amélioration des conditions de vie des femmes, à la promotion de leurs intérêts, de la justice sociale, de l’égalité et de l’équité. Félicitation à toutes militantes et travailleuses de L’R !

Devenez membre de la FFQ

Commentaires

Nous ne publions jamais les adresses courriel.

Veuillez saisir le code de sécurité ci-dessous :