30 octobre 2009
Communiqué de presse

L’abolition du registre des armes à feu : Les chefs Ignatieff et Layton sommés d’agir

 

Montréal, le vendredi 30 octobre 2009 – La Fédération des femmes du Québec (FFQ) interpelle fortement les chefs des partis de l’opposition à rappeler à leurs députées qu’il est impératif de voter contre le projet de loi C-391, qui prévoit l’élimination de l’enregistrement des armes à feu et la destruction du registre actuel. Si le C-391 est adopté le 4 novembre prochain, les femmes perdront un outil efficace dans la lutte contre les violences envers les femmes.

« Si messieurs Ignatieff et Layton sont pour le droit des femmes à la sécurité, ils doivent interpeler leurs députées à voter contre le C-391, geste qu’ils refusent de faire jusqu’à présent. À la veille du 20e anniversaire de la tuerie des quatorze jeunes femmes à l’École Polytechnique, tragédie qui a motivé la création du registre, ce silence est incompréhensible », a déploré Alexa Conradi, présidente de la FFQ. « Ce silence est d’autant plus incompréhensible alors que monsieur Layton se targue d’avoir participé à la conception de la Campagne du ruban blanc pour enrayer la violence faite aux femmes, et que monsieur Ignatieff s’est déjà engagé dans le passé à défendre le contrôle des armes à feu ».

Le risque de son adoption est réel. Puisque le C-391 est un projet de loi privé et non du gouvernement, la tradition veut que ce soit un vote libre. Cette stratégie des Conservateurs – c’est-à-dire de déguiser une politique du parti au pouvoir en initiative privée – semble fonctionner, car les partisans de l’abolition du registre n’ont que quelques votes à obtenir de la part de l’opposition pour permettre au projet de loi de passer en deuxième lecture. « Nous demandons aux députées conservateurs du Québec de faire pencher la balance en votant contre le projet de loi », d’ajouter Alexa Conradi.

Renseignements: Stéfany Ranger, LCOM Communication, 514 393-3178, 1-877-393-3178, cell. : 514 679-7583.

Source : Fédération des femmes du Québec et le comité organisateur des 12 jours d’actions pour éliminer les violences envers les femmes :

  • Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle
  • Fédération de ressources d’hébergement  pour femmes violentées et en difficulté du Québec
  • Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec
  • L’R des centres de femmes du Québec
  • Regroupement des maisons d’hébergement pour femmes victimes de violence conjugale
  • Regroupement québécois des Centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel
  • Réseau d’action femmes handicapées Canada
  • Stella, l’amie de Maimie

Commentaires

Nous ne publions jamais les adresses courriel.

Veuillez saisir le code de sécurité ci-dessous :